Kiichi Nakajima

D.1955-6

Obsédé par la peur d’une attaque nucléaire, Kiichi Nakajima, riche industriel, décide de tout vendre et d’émigrer au Brésil avec sa famille, là où, selon lui, la menace nucléaire est une des moindres sur la planète. Mais sa famille l’attaque en justice pour s’opposer à la dilapidation des biens. Les juges doivent trancher pour savoir si le comportement de Nakajima est irrationnel ou non. Drame, 1955, 133’, , réal. : Akira Kurozawa.

Vierge

D.1945-13

Le souffle brûlant de la déflagration a dévasté Nagazaji ce 9 août 1945, faisant plus de 70 000 morts, a pulvérisé les vitraux et les murs de l’édifice, brûlé son autel et fait fondre sa cloche. Mais la tête d’une statue en bois de la Vierge Marie a survécu au brasier, gisant parmi les colonnes effondrées et les débris de l’église romane. L’icône a conservé les stigmates de la guerre: les yeux ont brûlé, laissant deux orbites noires, la joue droite est noircie et une fissure court le long du visage comme une larme.

100 ton test

D.1945-10

About 800 yards south of ground zero at Trinity Site, construction engineers built a heavy-duty 20-foot wooden platform. It had to be sturdy because they then stacked 108 tons of TNT on top of it. Then, on May 7, 1945, well before dawn, the neatly stacked boxes of TNT were detonated.

Blind test

O.1952-3

Les sujets qui ont observé deux rafales diurnes avaient des yeux adaptés à l’obscurité et se trouvaient dans une caravane étanche à la lumière située à environ 16,1 km des deux rafales.
La moitié des observateurs (nombre total non précisé) n’étaient pas protégés, et l’autre moitié portaient des lunettes de protection rouges dont on a estimé qu’elles transmettaient environ 220C de l’énergie du spectre visible et infrarouge. Tous les observateurs regardaient à travers hublots qui s’ouvraient entre 46 et 52 milisec après le flash, et se refermaient après 2 secondes. Les tests ont été interrompus en raison de deux lésions rétiniennes.

Ensemencer

D.2019-2

Hormis les effets désastreux sur les populations et l’environnement, les innombrables essais nucléaires effectués dans l’atmosphère pendant la guerre froide ont eu une conséquence inattendue : ils ont engendré des pluies sur plusieurs milliers de kilomètres autour des sites concernés. L’explication ? La charge électrique libérée par le rayonnement des détonations nucléaires augmente la propension des gouttelettes d’eau en suspension à se combiner entre elles pour déclencher des précipitations.

https://www.caminteresse.fr/sciences/pourquoi-les-essais-nucleaires-declenchent-des-pluies-11145533/

Beryl

D.1962-3

La montagne, sous laquelle avait été placée la bombe dans son labyrinthe de galeries en profondeur, s’était ouverte sous l’effet de l’explosion et un nuage très radioactif s’en était échappé enveloppant sous sa chape de particules irradiantes les centaines de militaires et civils présents sur les lieux face à la montagne tragique du Tan-Affela. Tous sans exception à des degrés divers furent touchés par les fuites de produits radioactifs.

Gavdos

A.1986-1

Après la catastrophe de Tchernobyl et la fin de l’Union Soviétique, une petite équipe de scientifiques russes trouve refuge sur la minuscule île grecque de Gavdos. Cette communauté singulière, menée par un survivant du désastre, le physicien nucléaire Andrei, prône le retour à la nature, le partage des connaissances et l’immortalité comme mode de vie. Ils y créent une école ésotérique qui se revendique de la pensée du philosophe grec Pythagore et qui explore les étapes de l’évolution de l’humanité jusqu’au prochain niveau : l’immortalité. Lorsqu’ils révèlent leur projet à la communauté locale et à l’Église, les choses se gâtent…

https://www.lelieuunique.com/evenement/the-immortals-at-the-southern-point-of-europe-de-yiorgos-moustakis/

Rayonnisme

O.1909-1

En novembre 1912, Larionov a déclaré dans une interview : “J’expose les toiles qui sont exécutées selon une nouvelle méthode. Ce sera la peinture ‘rayonnante’. […] Tout ce que nous voyons émet des rayons. Ces rayons seront capturés dans mes tableaux”.

Absinthe

P.1986-2

En ukrainien, tchernobyl est un des noms communs de l’absinthe (plante) — il s’agit d’une référence à l’Apocalypse 8:11. “Le troisième ange sonna de la trompette. Et il tomba du ciel une grande étoile ardente comme un flambeau; et elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux. Le nom de cette étoile est Absinthe; et le tiers des eaux fut changé en absinthe, et beaucoup d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues amères. ” Les habitants de la Zone pensent que la prophétie de l’absinthe s’est accomplie en 1986.

Lézard

A.1968-1

BL Lacertae ou BL Lac est une galaxie active (AGNà variations très rapides située dans la constellation du Lézard. Découverte par Cuno Hoffmeister en 1929, elle fut dabord prise pour une étoile variable irrégulière de la Voie lactée, et reçut un nom de variable : BL Lacertae. En 1968 John Smith à lobservatoire David Dunlap observa quil sagissait dune radio sourceet quune galaxie très pâle lentourait. Il s’agit du premier blazar jamais détecté.

Rayon fossile

A.1964-2

En 1964, les physiciens américains Arno Penzias et Robert Woodrow Wilson complètent la construction d’un radiomètre de Dicke dans le but d’étudier les phénomènes radioastronomiques et les communications par satellites. Le , ils démontrent sans ambiguïté l’existence du fonds diffus cosmologique, prévu par la théorie du Big Bang.

Oh-my-god

A.1991-1

D’une vitesse estimée à 0,999 999 999 999 999 999 999 995 1 fois la vitesse de la lumière, la particule (probablement un proton) est observée le  à 13 h 34 min 16 s dans le détecteur de rayons cosmiques HiRes, situé au Dugway Proving Ground dans l’Utah aux États-Unis. L’énergie portée par la particule baptisée “Oh-my-God” est de 50 J, soit plusieurs dizaines de millions de fois plus que les particules subatomiques accélérées dans le Grand collisionneur de hadrons. Il s’agit du rayon cosmique d’ultra haute énergie le plus rapide jamais observé.

IIIe Type

A.1966-1

Iossif Chklovski est célèbre pour une prise de position à rapprocher du Paradoxe de Fermi. Selon l’échelle de Kardachev, une civilisation de Type III est une civilisation qui aurait à sa disposition et qui maîtriserait pour sa consommation d’énergie une puissance d’au moins 1036 W, soit la totalité de l’énergie disponible dans la galaxie où elle réside.

Searching for signatures of cosmic-scale archaeological artifacts such as Dyson spheres or Kardashev civilizations is an interesting alternative to conventional SETI. Uncovering such an artifact does not require the intentional transmission of a signal on the part of the original civilization. For example, the constraints of the anthropic principle would have to be loosened if a different type of intelligence was discovered elsewhere. A variety of interstellar archaeology signatures are discussed including non-natural planetary atmospheric constituents, stellar doping with isotopes of nuclear wastes, Dyson spheres, as well as signatures of stellar and galactic-scale engineering. The concept of a Fermi bubble due to interstellar migration is introduced in the discussion of galactic signatures.

https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=https%3A%2F%2Farxiv.org%2Fabs%2F1001.5455#federation=archive.wikiwix.com

Moteur stellaire

A.2020-6

Un propulseur Caplan exploiterait toute l’énergie du Soleil pour propulser l’ensemble du Système solaire à travers la galaxie et au-delà. Il porte le nom de l’astrophysicien Matthew Caplan de l’Université d’État de l’Illinois, qui a imaginé le concept. L’étude a été publiée dans la revue Acta Astronautica.

Sphère de Dyson

A.1945-4

L’idée lui en est venue en 1945 après la lecture du roman de science-fiction Star Maker d’Olaf Stapledon paru huit ans plus tôt. Dans son article, Dyson explique qu’une telle sphère est un moyen idéal pour une civilisation très avancée de faire face à un accroissement démographique exponentiel. Il la décrit comme une coquille enserrant son étoile parente, captant la quasi-intégralité de sa radiation stellaire. Dyson explique que de telles sphères pourraient aussi abriter des structures d’habitations. Enfin, il recommande d’observer la galaxie dans l’infrarouge afin de détecter de possibles sphères dans notre galaxie. Plusieurs programmes de recherche de possibles sphères de Dyson ont été menés depuis 1985. Si des étoiles ont pu afficher des caractéristiques proches de celles attendues concernant ces mégastructures spatiales, aucune conclusion n’a pu être tirée concernant l’existence probante de tels objets artificiels. En revanche, la science-fiction a beaucoup utilisé l’idée de Dyson, que ce soit en littérature, au cinéma, dans les jeux vidéo, ainsi qu’à la télévision.

 

Radiochronologie

A.1915-2

En 1915, la méthode Uranium-Plomb, mise au point par Bertram Boltwood, permet d’attribuer un âge de 1,3 milliard d’années (1,3 Ga soit 1 300 Ma) aux plus vieilles roches terrestres. En 1938, Alfred Nier propose une approche isotopique de la datation radiométrique. Il mesure la composition isotopique du plomb (rapport 207Pb/206Pb) présent dans les galènes et trouve, pour les plus vieux échantillons de roche, des âges de 2,5 Ga. A la même époque, l’astronome Edwin Hubble avait estimé l’âge de l’univers entre 1,8 Ga et 2 Ga en utilisant l’éloignement progressif des galaxies. Des roches seraient donc plus vieilles que l’Univers ! Les astronomes reprennent alors leurs calculs.

La survenue vers 775 d’un orage magnétique 10 à 100 fois plus puissant que l’événement de Carrington (des milliers de fois plus qu’une éruption solaire ordinaire) est démontrée en 2012 par l’observation d’excès de carbone 14 dans les cernes d’arbres conservés dans les tourbières ou au sommet des montagnes. À cette époque, la fréquence de tels événements est estimée à un tous les 10 000 ans environ, mais en juillet 2021 deux autres événements au moins aussi puissants sont découverts à partir des dépôts de béryllium 10 et de chlore 36 dans les carottes de glace et des excès de carbone 14, l’un qui s’est produit en −7176 (7176 av. J.-C.) et l’autre en −5259. Comme seulement 16 % de la durée de l’Holocène (les 12 000 dernières années) ont été investigués à ce sujet, le nombre des super éruptions solaires pourrait être bien plus grand.

https://www.pourlascience.fr/sd/astrophysique/la-menace-des-eruptions-solaires-geantes-23354.php

Sunspot

A.1859-1

La tempête solaire de , également connue sous le nom d’événement de Carrington — du nom de l’astronome anglais Richard Carrington qui l’étudia — désigne une série d’éruptions solaires ayant eu lieu à la fin de l’été 1859 et ayant notablement affecté la Terre. Elle frappe la Terre avec une telle intensité que les télégraphes projettent des étincelles. Elle produit de très nombreuses aurores polaires visibles jusque dans certaines régions tropicales et a fortement perturbé les télécommunications par télégraphe électrique. Elle est considérée comme la plus violente tempête solaire enregistrée ayant frappé la Terre. En 1859, une En 2012, une tempête solaire équivalente a manqué d’un rien la planète bleue. Que se passerait-il si un tel événement survenait au XXIe siècle ?

Sursaut gamma

A.1967-1

La toute première détection de ce phénomène fut réalisée par un des satellites militaires du projet Vela, débuté en 1963. Malgré la signature d’un traité portant sur l’interdiction des tests atomiques dans l’atmosphère et dans l’espace (signé en août de la même année), l’armée américaine lança une mission de reconnaissance destinée à repérer de telles traces. A bord des satellites Vela se trouvaient des détecteurs de rayons gamma, X et neutrons. Le 2 juillet 1967, les capteurs s’affolent, une émission très brève est détectée. Après vérification, il apparût clairement que ce rayonnement gamma n’était pas d’origine humaine, ni même terrestre. Mais il aura fallu attendre 1973 pour que soit rendue publique cette découverte, une fois la confidentialité militaire levée. Les sursauts gamma suscitèrent très vite la curiosité de la communauté scientifique.

Vela 6911

D.1979-3

Le 22 septembre 1979 vers 00h53 GMT, le satellite Vela 6911 détecte le double éclair caractéristique d’une explosion nucléaire atmosphérique apparemment au-dessus de l’océan Indien ou de l’Atlantique Sud. Étant donné que ce satellite fonctionnait au-delà de sa durée de vie prévue et des questions sur la fiabilité de la détection ont été soulevées. Le panel a finalement conclu dans un rapport publié à l’été 1980 que le signal ” ne provenait probablement pas d’une explosion nucléaire. Bien que nous ne puissions pas exclure que ce signal soit d’origine nucléaire”. Cette conclusion a jeté une ombre sur la confiance du public dans la capacité des États-Unis à détecter sans ambiguïté les explosions nucléaires clandestines depuis plus de vingt ans. Après des années de recherches, il semblerait que cet essai puisse être Sud-Africain et ou Israélien.

En 1950, lors d’une discussion informelle au laboratoire militaire de Los Alamos, aux États-Unis, le physicien italien Enrico Fermi (Prix Nobel et l’un des pères de la bombe atomique américaine) s’étonne que nous n’ayons encore jamais vu d’extraterrestre. Face à Edward TellerEmil Konopinski et Herbert York, il aurait fait le raisonnement suivant: comment se fait-il, étant donné le nombre considérable d’étoiles dans la galaxie, le nombre de mondes habitables potentiels associés, le rythme d’évolution technologique de l’humanité et l’âge de l’univers (plus de 13,5 milliards d’années), qu’aucune civilisation extraterrestres ne nous ait encore visité.

Chandra

O.1952-3

Pendant des décennies, et les chercheurs déploraient de ne pas disposer de télescopes ou de microscopes exploitant les rayons X. Mais en 1952, le physicien allemand Hans Wolter s’est rendu compte que l’on pouvait contourner l’obstacle en utilisant une série de miroirs en incidence rasante, qui équipent par exemple des télescopes aussi célèbres que Chandra et XMM Newton.

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-microscope-neutrons-inspire-astronomie-x-49438/

Muon

A.1936-1

Also in 1936, Anderson and Neddermeyer discovered the muon (or ‘mu-meson’), a subatomic particle 207 times more massive than the electron, but with the same negative electric charge and spin 1/2 as the electron, again in cosmic rays.  The muon was the first of a long list of subatomic particles whose discovery initially baffled theoreticians who could not make the confusing “zoo” fit into some tidy conceptual scheme. Willis Lamb, in his 1955 Nobel Prize Lecture, joked that he had heard it said that “the finder of a new elementary particle used to be rewarded by a Nobel Prize, but such a discovery now ought to be punished by a 10,000 dollar fine.

Nucléosynthèse

A.1948-1

Les étoiles naissent au sein de régions où la densité des gaz interstellaires est plus grande. Ces gaz se contractent alors sous l’effet de la gravité. Cette contraction entraine un réchauffement qui finit par amorcer des réactions de fusion nucléaire au centre du nuage interstellaire. L’étoile est née.

Ivre

O.2012-5

Les agents de sécurité de l’aéroport de Rome ont eu une « drôle » de surprise en contrôlant les bagages des passagers aux rayons X. Alors qu’ils effectuaient leurs contrôles de routine, ils ont vu un corps apparaître à l’écran. Croyant qu’il s’agissait d’un cadavre, ils ont alors fait appel à la police. Il en était tout autrement.

 

I belive

A.1939-1

I believe there are 15,747,724,136,275,002,577,605,653,961,181,555,468,044,717,914,527,116,709,366,231,

425,076,185,631,031,296 protons in the Universe and the same number of electrons.

Arthur Eddington (1939), lecture titled “The Philosophy of Physical Science.”

Les Atomes

A.1913-1

Les Atomes est un ouvrage de physique de 324 pages écrit et édité par le physicien Jean Perrin en 1913. Il est considéré comme un ouvrage de référence ayant fait date en physique et a été réédité à plusieurs reprises, en 1921, 1927, 1936, 1948, 1970 puis 1991, respectivement chez Félix Alcan puis aux PUF puis chez Gallimard.

Atome primordial

A.1931-1

Georges Lemaître est nommé chargé de cours à l’Université catholique de Louvain en 1925. Il écrit un article qui paraît en 1927 dans les Annales de la Société scientifique de Bruxelles sous le titre “Un Univers homogène de masse constante et de rayon croissant rendant compte de la vitesse radiale des nébuleuses extragalactiques”. Il y présente une toute nouvelle conception : l’expansion physique de l’Univers. Cette même année 1927, il présente au MIT sa thèse de doctorat sur “The gravitational field in a fluid sphere of uniform invariant density according to the theory of relativity”. Il est alors reçu Doctor of Philosophy et nommé ensuite professeur ordinaire à l’Université catholique de Louvain. En 1931, Lemaître est invité à Londres. C’est là qu’il propose l’hypothèse du début singulier de l’univers en expansion et lance l’idée de “l’Atome primitif”. Cette proposition provoque une réaction très vive parmi la communauté scientifique de l’époque.

Arcturus

D.1967-2

Il y a 54 ans et plus précisément le dimanche 02 juillet 1967 la Bombe atomique “ARCTURUS” qui était le 26ème essai nucléaire sur barge explosait sur le secteur Denise avec une énergie de 22 KT (Fission Dopée), soit l’équivalent de 22000 tonnes de TNT. UNE BOMBE ATOMIQUE DONT LE NOM EST AUSSI ISSU D’UNE CONSTELLATION DU BOUVIER EN PROLONGEANT LA QUEUE DE LA GRANDE OURSE.

http://amndvden.overblog.com/2021/07/il-y-a-54-ans-le-02-juillet-1967-a-07-h-30-le-26eme-essai-nucleaire-francais-avec-la-bombe-atomique-arcturus-explosait-sur-le-secteu

Tempête solaire

D.1967-5

Une puissante éruption solaire accompagnée d’une éjection de masse coronale ont interféré avec les radars du Ballistic Missile Early Warning System du NORAD de l’hémisphère nord. Cette interférence avait été initialement interprétée comme un brouillage intentionnel des radars par les soviétiques, un acte considéré comme un acte de guerre. Des bombardiers nucléaires de contre-attaque furent sur le point d’être lancés par les États-Unis.

Gryphon

D.1983-1

Le BGM-109G Gryphon, aussi connu sous le nom plus générique de « Ground Launched Cruise Missile »  était un missile de croisière nucléaire lancé depuis le sol. Il a été développé par General Dynamics pour le compte de l’United States Air Force pendant la dernière décennie de la guerre froide dans le but de s’opposer aux missiles nucléaires balistiques soviétiques déployés dans les pays membres du Pacte de Varsovie.

https://fr.wikipedia.org/wiki/BGM-109G_Gryphon

Great artiste

D.1945-6

The Great Artiste was a U.S. Army Air Forces Silverplate B-29 bomber (B-29-40-MO 44-27353, Victor number 89), assigned to the 393d Bomb Squadron509th Composite Group. The aircraft was named for its bombardier, Captain Kermit Beahan, in reference to his bombing talents. It flew 12 training and practice missions in which it bombed Japanese-held Pacific islands and dropped pumpkin bombs on targets in Japan. It was the only aircraft to participate in both the bombings of Hiroshima and Nagasaki, albeit as an observation aircraft on each mission.

https://en.wikipedia.org/wiki/The_Great_Artiste

Pamlico

D.1962-3

A parachute-retarded LRL device in a MK-36 drop case. This was a test of advanced principles for achieving high-efficiency thermonuclear burn, and successfully confirmed theoretical predictions. It was said to “show the way to a new range of possibilities in high-yield design”. This was the last Christmas Island airdrop, and the third largest test of Operation Dominic. Yield-to-weight ratio was 0.934 kt/kg (but then this was an experiment, not a final weapon configuration).

https://nuclearweaponarchive.org/Usa/Tests/Dominic.html

Rapatronic

A.1952-1

À la fin des années 1930, Harold Edgerton, ingénieur au MIT, a été le pionnier des techniques de photographie à ultra-haute vitesse, pour révéler une balle éviscérant une pomme, la spirale d’un coup de golf ou la chute d’une goutte de lait. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Edgerton a travaillé avec la Commission de l’énergie atomique au développement d’une camera, le Rapatronic, capable de fixer le flash incandescent d’une explosion nucléaire jusqu’au milliardième de seconde. Sur une tour, à dix kilomètres du site d’essais, Edgerton et ses assistants ont ainsi pu enregistrer cette forme rougeoyante comme une forme de vie extraterrestre.

https://www.metmuseum.org/art/collection/search/281785

Duga

O.1986-3

Le prototype, dénommé “Duga” (sans suffixe numérique et au nom de code 5H77) a été implanté dès 1970 ; il est composé d’un émetteur et d’un récepteur, séparés d’une distance de 30 kilomètres, près des villages de Luch et Kaynivka. Le deuxième radar, le plus important, dénommé “Duga-1” (nom de code 5H32-Ouest), a été implanté durant les années 70 ; il est composé de deux émetteurs installés à Liubech, et de deux récepteurs installés à Tchernobyl-2. C’est le plus connu des trois, en raison de l’implantation de ses récepteurs dans la zone d’exclusion de Tchernobyl

Goodyear Blimp

D.1957-2

A Goodyear Blimp, flying five miles away from ground zero, crashes into the ground, torn down by the heat of the blast.

Nye County, Nevada. August 7, 1957.

Huron King

O.1980-1

Huron King Test Chamber, located to the right of 3-08 Road in Area 3, 600 meters from its original location. The Huron King test chamber contained a communications satellite and other space-related experiments, and simulated a space environment. It was used for a rare type of Vertical Line of Sight underground test conducted by the Defense Nuclear Agency, forerunner of the Defense Threat Reduction Agency. The device, which was less than 20 kilotons in yield, was detonated on June 24, 1980.

Merlin was born in Hollywood, California. He received his Bachelor of Science degree in Aeronautical Studies from Embry-Riddle Aeronautical University in Daytona Beach, Florida. Merlin is a member of the Flight Test Historical Foundation, Nevada Test Site Historical Foundation, National Atomic Museum Foundation, Nevada Aerospace Hall of Fame, and is an Associate Member of Roadrunners Internationale. He spends much of his time exploring the southwestern United States in search of ghost towns, mines, caves, prehistoric ruins and rock art, nuclear test sites, abandoned missile silos, fossils, and interesting natural features. He has also journeyed to the mountains of Baja California, Mexico, and the Tassili N’Ajjer plateau region of the central Sahara Desert in Algeria to photograph prehistoric cave paintings. Merlin occasionally lectures on aerospace history and prehistoric archeology.

https://www.dreamlandresort.com/team/peter.html

Membre de la Flight Test Historical Foundation, du Nevada Test Site Historical Foundation, du Musée National Atomique, Peter Merlin passe une grande partie de son temps à explorer le sud-ouest des États-Unis à la recherche de villes fantômes, de mines, de grottes, de ruines préhistoriques et d’art rupestre, de sites d’essais nucléaires, de silos de missiles abandonnés, de fossiles et de caractéristiques naturelles intéressantes. Merlin donne occasionnellement des conférences sur l’histoire de l’aérospatiale, l’archéologie préhistorique et l’histoire des essais nucléaires.

IL Y A 48 ANS LE 15 MAI 1970 À 10 H 00 : LA BOMBE ATOMIQUE FRANÇAISE ANDROMÈDE EXPLOSAIT À MURUROA. Ce 32ème Essai Nucléaire qui s’est déroulé sur Denise à MURUROA et dont le tir depuis un ballon placé à 560 m d’Altitude d’une puissance de 13 KT peut être suivi au travers de l’Ordre de Circonstance N° 9/70 émanant du Capitaine de Frégate DE LASSUS, Commandant le Bâtiment Base « MAURIENNE »

Interstellaire

P.001-1

La revue scientifique Science a publié un article particulièrement intéressant le 14 mai dernier. Celui-ci rapporte la découverte d’un dépôt de matériau d’origine lointaine. Selon nos confrères de Futurismdu plutonium interstellaire a été trouvé au fond du Pacifique. Le matériau radioactif a été découvert par une compagnie pétrolière qui l’a ensuite confié aux scientifiques pour qu’il puisse être étudié.

L’essai Pascal B dont l’astrophysicien Robert Brownlee était en charge est devenu depuis lors bien connu, puisqu’il est à l’origine de la légende urbaine qui rapporte que les Américains sont peut-être les premiers à avoir envoyé un satellite artificiel en orbite autour de la Terre, et qui s’avère être une plaque d’égout…

https://ohchouette.com/comment-une-une-plaque-degout-est-devenue-lobjet-le-plus-rapide-jamais-lance-par-lhomme/?__cf_chl_managed_tk__=pmd_7CwwpwAhG7Hkv2buf9_YCtfy9FFH.wgE9aiJjRDlBw8-1632082595-0-gqNtZGzNAyWjcnBszRIR

 

Base 921

D.1963-1

« Le Parisien » vous invite à découvrir les lieux secrets du département, à visiter ces endroits interdits au public. Aujourd’hui, la base aérienne de Taverny qui abrite le PC souterrain de la force aérienne nucléaire française. Damien Delseny

Bas-bruit

M.1996-2

De 1971 à 1996, il abritait en effet l’un des deux postes de commande de tir des missiles stratégiques dit du plateau d’Albion, cette vaste zone de 800 kilomètres carrés située à environ 1 000 mètres d’altitude, au-dessus du parking. C’est à 1,5 kilomètre de l’entrée bétonnée et à 500 mètres sous terre que, 24 heures sur 24, deux officiers de tir pouvaient à tout moment tourner les clés activant les têtes nucléaires réparties dans les dix-huit silos enterrés du plateau. Désormais, plus de clés, ni de bombes. Le centre névralgique de la dissuasion française est devenu un laboratoire de recherche assez écléctique où se retrouvent physiciens des particules, hydrologues, géologues, électroniciens, biologistes…

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/10/17/a-rustrel-vaucluse-la-science-presque-sans-bruit_5015174_1650684.html

Sirene

M.1996-1

Situé dans le parc naturel régional du Luberon, sur la commune de Lagarde d’Apt, l’observatoire astronomique Sirene accueille tous les publics pour des séances d’observation et de découverte du ciel.

Sis à 1 100 mètres d’altitude et jouissant d’un panorama à 360°, l’observatoire Sirene est géré par une association loi de 1901 à but non-lucratif. Ses membres bénévoles et passionnés vous y attendent tous les jours de l’année, uniquement sur réservation.

Installés sur une ancienne zone de lancement de missile nucléaire et profitant de la qualité du ciel du plateau d’Albion, nous accompagnons votre exploration céleste de jour comme de nuit dans un cadre des plus dépaysant.

https://www.obs-sirene.com/

 

Airbus

P.2018-3

L’Autorité pour la sûreté nucléaire a révélé que quatre fioles de peinture contenant du radium 226, une matière extrêmement radioactive, ont été découvertes sur un chantier de démolition d’Airbus à Colomiers.Leur existence a été révélée dans un courrier anonyme adressé à l’avionneur Elles avaient été coulées dans un pilier en béton…

La Dépêche, Publié le  , mis à jour 

Whisky

O.1960-1

Comme toutes les matière vivantes, l’orge distillée en whisky a absorbé du carbone : du carbone 12 “ordinaire” et une faible proportion de ses isotopes 13 et 14. C’est l’étude des proportions respectives de carbone 14 et de carbone 12 et 13 qui permet aux archéologues de dater les vieux objets faits de matière organique.  Au fil du temps, le carbone 14 se désintègre selon une loi connue. Donc, plus la proportion de l’isotope 14 est faible, plus l’objet est vieux. Si l’orge qui a été distillée a poussé après les essais nucléaires, ce taux de carbone 14 sera anormalement élevé. Cité par The Telegraph, le directeur du laboratoire d’Oxford Tom Highman parle d’une “signature” spécifique de la deuxième moitié du XXe siècle.

Daedalus

A.1973-1

Le Projet Daedalus est une étude menée de 1973 à 1978 par la British Interplanetary Society pour concevoir une sonde interstellaire réalisable. Daedalus aurait disposé d’une propulsion thermonucléaire pulsée utilisant des pastilles de mélange deutérium/hélium 3 portées à fusion par confinement inertiel à base de faisceaux d’électrons. 250 pastilles auraient été tirées par seconde, et le plasma résultant aurait été canalisé vers une tuyère magnétique.

Blowups Happen

A.1940-1

Il arrive que ça saute (titre original : Blowups Happen) est une nouvelle de Robert Heinlein publiée pour la première fois dans Astounding Science Fiction en 1940. La nouvelle a été révisée par l’auteur en 1946 pour l’adapter aux connaissances issues du Projet Manhattan et de l’explosion des deux bombes atomiques sur le Japon en août 1945.

Robert Heinlein imagine une industrie nucléaire civile ayant construit des centrales nucléaires afin d’alimenter en énergie les États-Unis. Il évoque aussi les risques engendrés par la construction et la maintenance de ces centrales, et propose une solution inattendue pour faire face au risque nucléaire.

Scan Pyramid

O.2016-3

Les rayons cosmiques qui frappent l’atmosphère terrestre génèrent des muons, résultant d’une réaction nucléaire entre ces rayons et les atomes de l’atmosphère. Ces flux de muons sont très pénétrants et des millions de ces particules traversent le corps d’une personne, chaque jour. Elle est principalement utilisée en volcanologie mais a également été appliquée en archéologie et notamment pour l’étude de la Pyramide de Khéops.

Pepperstein

O.2001-1

A la douceur de l’aquarelle et la simplicité du papier, le plasticien russe Pavel Pepperstein – il est aussi romancier et rappeur – associe le sérieux et la gravité des préoccupations écologiques actuelles. Sa série Bikini 47 est ainsi une évocation sans détour des essais nucléaires américains dans le Pacifique, Bikini étant le nom d’un atoll des îles Marshall utilisé à des fins militaires.

In particle and nuclear physics, a nuclear emulsion plate is a photographic plate with a particularly thick emulsion layer and with a very uniform grain size. Like bubble chambers, cloud chambers, and wire chambers nuclear emulsion plates record the tracks of charged particles passing through. They are compact, have high density and produce a cumulative record, but have the disadvantage that the plates must be developed… Lire la suite Emulsion nucléaire

En 1818, Caspar David Friedrich peint l’un de ses paysages les plus emblématiques : Voyageur devant une mer de nuages. La toile représente un homme vu de dos, qui contemple des monts métallifères. La mine où l’uranium fut identifié pour la toute première fois se trouve à quelques kilomètres de là.

Extra-terrestre

A.2020-4

Pour évaluer l’habitabilité d’une planète, les astronomes se basent essentiellement sur ce qu’ils en connaissent de notre exemple particulier. Ainsi la présence d’eau liquide est évidemment considérée comme un incontournable. Aujourd’hui, des chercheurs de l’université de Californie à Santa Cruz (États-Unis) suggèrent que l’abondance d’uranium et de thorium — des éléments radioactifs à vie longue — apparaît, pour une planète rocheuse, comme un facteur… Lire la suite Extra-terrestre

Au loin, les cloches dune église sonnent. Il est 16 h en haut dune colline qui domine les plaines de la Meuse, département de lest de la France. Tout près, un bûcher vient de sembraser. Des sorcières dansent autour au rythme dun tambour soutenant leffervescence commune. Ce qui brûle ? Un chat bleu en tissu digne dun décor de carnaval, symbole de la puissance nucléaire. Il ne sagit pas dun rendez-vous entre ami·es autour dun rite obscur, cest une lutte politique. Une mobilisation féministe et antinucléaire lors dun week-end organisé en mixité choisie.

https://radioparleur.net/2019/10/24/bure-ecofeminisme-nucleaire-mixite/

 

In the distance, church bells ring. It is 4 p.m. on top of a hill that dominates the plains of the Meuse department in Eastern France. Close by, a pyre has just been lit. Around it, witches dance to the rhythm of a tambourine, stirring up a shared effervescence. What is burning? A blue fabric cat, symbol of nuclear power, carnivalesque in appearance. This isn’t a meeting of friends for some obscure ritual. It is a political struggle for the feminist and anti-nuclear causes, a weekend rally organised by individuals from across the gender spectrum.

film VR, 8 min, une création d’Aram Kebabdjian et Stéfane Perraud, Environnement 3D : Jano Ha, Prise de son et mixage : Mathieu Farnarier, Voix :  Manon Kneusé, Traduction anglaise : Keziah Serreau, Production ; Anne Becker, PLATÔ, Diffusion : Sara Dufour, Maison Byron, soutenu par : CNC-DICRéAM

 

Abraham Loeb et Manasvi Lingam ont calculé ainsi qu’une exoplanète rocheuse possédant 1000 fois plus d’isotopes radioactifs que la Terre produirait suffisamment de chaleur pour conserver des océans pendant de longues périodes géologiques. Et qu’une concentration 100 fois plus importante que les conditions terrestres suffirait à liquéfier d’autres solvants comme l’éthane par exemple. Les radiations en… Lire la suite Océan radioactif

Cladosporium

A.2020-4

Pour se protéger, les astronautes ont recours à des boucliers antiradiations lourds et fragiles. Des étudiants du comté de Durham ont donc eu lidée de fabriquer une tenue de cosmonaute chargée de moisissures. Plus précisément, ils ont suggéré lutilisation de Cladosporium sphaerospermum, un organisme qui semble absorber les radiations et les convertir en énergie chimique, découvert dans la zone dexclusion de Tchernobyl.

Susie Neilson, « Mold from Chernobyl seems to feed on radiation, and new research suggests it could help protect astronauts in space », Business Insider, 28 juillet 2020

Le positronium, c’est une sorte d’atome exotique. Un mélange de matière et d’antimatière. Et placé dans un état que les physiciens connaissent sous le nom de condensat de Bose-Einstein, il constituerait l’élément clé du laser à rayons gamma. Or, un chercheur pense être prochainement en mesure de produire un tel condensat. Depuis longtemps, les chercheurs… Lire la suite Laser gamma

Nerva

A.2019-1

La fusée nucléaire prend forme le 23 février 1967. l 500 MW, 34 t de poussée. À la surprise générale, le programme est interrompu en 1972. En août dernier, la Maison Blanche a chargé la NASA de réactiver son projet de moteur de fusée nucléaire. Il permettrait de remplacer les lanceurs chimiques et faciliter les voyages vers la Lune ou Mars.

Simon Chodorge, « La NASA veut développer des fusées à propulsion nucléaire pour explorer l’espace encore plus loin », L’Usine nouvelle, 4 octobre 2019

9M729

D.2019-1

Le 9M729 est l’un des plus récents missiles de croisière de la Russie, partie du système de missile opérationnel tactique Iskander-M. Il est présenté à la presse par le ministère de la Défense à l’Expocentre du Patriote, près de Moscou, le 23 janvier 2019. Le Burevestnik 9M730 (“SSC-X-9 Skyfall” pour l’OTAN) est le futur missile… Lire la suite 9M729

3He

A.2019-4

“Des milliards de tonnes de ressources naturelles dorment sur la Lune. L’une d’elles est tout particulièrement convoitée. Son nom : l’hélium-3 (3He), un élément extrêmement rare sur Terre mais présent en abondance sur le sol sélène. Cet isotope a la particularité d’être le carburant idéal pour la fusion nucléaire : un processus qui consiste à… Lire la suite 3He

IA

A.2018-4

Des chercheurs japonais ont créé une intelligence artificielle qui permet d’anticiper les répercussions d’un accident de centrale nucléaire. Cette nouvelle IA, développée par une équipe de l’Institut des Sciences Industrielles de l’Université de Tokyo, est capable de prendre en compte les variables d’accident et les conditions météorologiques dominantes pour déterminer où la menace de radiation… Lire la suite IA

Our planet’s magnetic field generates a protective bubble, called the magnetosphere, that shields the surface from damaging cosmic radiation. Humans traveling beyond this bubble will be subjected to dangerous cosmic rays and solar storms, which can damage cells and cause changes in DNA. “The secret to potential success for interstellar travel will come from looking at… Lire la suite Rayons cosmiques

Le Burevestnik 9M730 (en russe : Буревестник (Pétrel en français), nom de code pour l’OTAN : SSC-X-9 Skyfall) est un missile de croisière russe expérimental à propulsion nucléaire et à armement nucléaire, destiné aux forces armées russes. Le missile aurait une vitesse subsonique et une portée pratiquement illimitée. Le Burevestnik est l’une des six armes stratégiques russes dévoilées par le président russe le 1er mars 2018. https://fr.wikipedia.org/wiki/Burevestnik_9M730 Légende Image :  Le 9M729 (“SSC-8” pour l’OTAN) est… Lire la suite Burevestnik

Oubliée l’abbaye cistercienne espagnole d’Arevalo qui avait inspirée l’ancienne présidente Anne Lauvergeon lorsqu’il avait fallu trouver un nom au groupe nucléaire en 2001. Le directeur général Philippe Knoche l’a annoncé ce mardi. Areva s’appelle désormais Orano, un nom dérivé d’Ouranos, dieu grec du ciel devenu Uranus dans la mythologie romaine et qui donna son identité… Lire la suite Orano

Stéphane Sautour à propos de Everything is a field or a maze, 2018-2019 « L’ensemble des dessins est composé de surfaces de gris colorés, recouvertes de papiers fixés à l’aide d’adhésifs, peuplé de Polaroïds réalisés lors de balades dans la région de Fukushima (Japon), et de dessins (au graphite) de paysages martiens faits à partir d’images collectées par… Lire la suite Cosmogramme

Nuke Mars

A.2015-2

Elon Musk publie un article où il planifie la colonisation de Mars par des millions de personnes en moins dun siècle. Le principe consiste à frapper la planète avec des armes nucléaires. Les calottes glaciaires viendraient à fondre, libérant de grandes quantités de dioxyde de carbone dans latmosphère. Un effet de serre augmenterait la température ainsi que la pression atmosphérique. La planète serait vivable.

Business Insider, 20 mars 2019

Il apparaît dans l’eau des réacteurs, dans le combustible usé, dans des piscines d’entreposage et sous forme d’effluents lors du retraitement. Mélangé au deutérium, il entre dans la composition des bombes H et du combustible des réacteurs à fusion. Avec le lithium et le bore, il fait partie des atomes primordiaux impliqués dans le big bang, il y un peu plus de 13 milliards d’années. Sa lumière illumine les cadrans de certaines montres et les instruments de bord, pour la navigation de nuit.

Fils de cuivre, leds, composants électroniques, plexiglas 15 x 15 x 15 cm – 2015

It is found in the water of nuclear reactors, in spent fuel, in storage pools, and as effluent during reprocessing. Fused with deuterium, it is used for H bombs and fusion reactor fuel. Alongside lithium and boron, it was one of the primordial atoms involved in the Big Bang. In the dark, it illuminates watch faces and the displays of navigational instruments.

Copper wires, LEDs, electrical components, Plexiglas, 15 x 15 x 15 cm – 2015

Barguzin

D.2015-2

« Caché à la vue de tous », semblable à un convoi de marchandises et de passagers, Barguzin nest pas facile à repérer. Chacun de ces trains devrait transporter six missiles RS-24. À peu près impossibles à intercepter. Ces ogives atteignent une vitesse de lordre de Mach 20, avec une précision de lordre de 50 mètres après un vol de plus de 10 000 kilomètres. Chacune serait capable de rayer une grande ville de la surface du globe.

Éric Leser, « Le terrifiant train nucléaire russe sera opérationnel en 2018 », Slate, 1er janvier 2015

Hawc

O.2013-1

Imaginée par Philip Morrison, physicien américain associé au premier essai atomique, lastronomie gamma observe le spectre électromagnétique des rayons gamma témoins directs de tous les événements extrêmes du cosmos. Le 1er août dernier, lobservatoire gamma HAWC, sur le sommet du volcan Sierra Negra, à 4 100 m daltitude, a commencé à détecter de petits flashs bleus dans de grosses cuves remplies deau pure.

http://www.hawc-observatory.org

Cataracte

O.2013-2

Tout comme les survivants des bombardements atomiques dHiroshima et Nagasaki, les oiseaux et les mammifères de la région souffrent de cataracte et présentent des cerveaux plus petits. Ce sont les conséquences directes de lexposition aux substances radioactives présentes dans lair, leau et la nourriture. Image : Hirondelle rustique de Tchernobyl, brume importante sur la cornée, par Timothy Alexander Mousseau, Anders Pape Møller

Timothy Mousseau, « Non Tchernobyl n’est pas devenu une réserve naturelle », The Conversation, 26 avril 2016

“Un individu a déjoué la surveillance des vigiles d’entrée (…). Il était toujours sur site” à 13h45, a-t-on appris auprès de la gendarmerie, après un appel à l’AFP de l’auteur de l’intrusion, Hervé Couasnon, “poète-escaladeur”,  indiquant qu’il se trouvait dans le périmètre de sécurité de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne). “Je suis à l’intérieur,… Lire la suite Poète-escaladeur

NukeMap

D.2012-1

NUKEMAP est un logiciel de simulation en ligne présentant une projection géolocalisée des effets dune arme nucléaire sur une zone donnée, en fonction de sa puissance et de laltitude de lexplosion. Dabord développé dans un but éducatif, le site est visité par environ trois millions de personnes qui ont fait exploser environ 30 millions de bombes virtuelles. La moyenne est de 5 « explosions » par visiteur.

https://nuclearsecrecy.com/nukemap/

 

Ken et Julia Yonetani, Crystal Palace : The Great Exhibition of the Works of Industry of All Nuclear Nations (Etats-Unis, France, Belgique, Royaume-Uni, CHine, Ukraine, Suède), support métallique d’anciens lustres, ouraline, lumière UV, dimensions variables, 2012-2013 Cette œuvre a été conçue en réaction à la catastrophe nucléaire de Fukushima qui est survenue au Japon en… Lire la suite Lustre

Curiosity

A.2011-1

Le rover nommé Curiosity sera propulsé dans lespace samedi prochain. Sa source d’énergie provient dun générateur électrique nucléaire. Il sagit plus précisément dun générateur thermoélectrique à radio-isotope de nouvelle génération, produit par Boeing, utilisant une charge de 4,8 kg de dioxyde de plutonium PuO2 enrichi en plutonium-238. Image : Franchissement de la dune Dingo Gap (6 février 2014), NASA/JPL-Caltech/MSS

Enerzine.com 23 novembre 2011

Les données de la sonde japonaise Kaguya, qui s’est écrasée sur la Lune le 10 juin, ont permis aux scientifiques de la mission de détecter pour la première fois de l’uranium sur notre satellite. La carte minéralogique en cours d’élaboration, qui se veut la plus détaillée possible, montre aussi la présence de thorium, potassium, oxygène,… Lire la suite SELENE

Wise

D.2001-1

Le cabinet Wise-Paris a calculé quun scénario daccident grave dans une seule des piscines de refroidissement de combustible irradié de La Hague pourrait conduire à un relâchement de radioactivité dont limpact équivaudrait à plusieurs dizaines de fois celui de laccident de Tchernobyl. La chute volontaire dun avion commercial sur La Hague, hypothèse toujours jugée « improbable » par Cogema, pourrait aussi déboucher sur un tel scénario.

Xavier Coeytaux, Yacine Faïd, Yves Marignac et Mycle Schneider, « Les installations nucléaires exposées au risque de chute d’avion », Briefing NRA-v4, Wise-Paris, 26 septembre 2001

Atomic bombs on planet earth, un film de Peter Greenaway, Royaume-Uni, Pays-Bas | 2011 | 13 minutes

Étonnamment, il y a eu 2 201 bombes atomiques larguées sur la planète de 1945 à 1989. Un nombre étonnant de bombes atomiques impliquant d’énormes ravages environnementaux. Le film de Peter Greenaway montre des preuves de chaque explosion documentée : le pays responsable, la date, le lieu, la force et la hauteur au niveau de la terre ou de la mer, et ce, dans une accumulation incessante de destructions à la fois grandiose et redoutable.

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/51440_1

Quelque 2000 m sous terre, dans une mine de nickel en exploitation, des physiciens ont installé l’un des instruments les plus sensibles du monde pour l’observation de l’univers. Opérationnel depuis 1999, l’Observatoire de neutrinos SNOLAB est spécialisée dans la recherche sur la matière noire et  l’étude des neutrinos provenant du Soleil et de supernovas ou… Lire la suite Nickel

Nouvelles retombées de Tchernobyl : les hirondelles vivant à proximité de la centrale nucléaire qui a explosé en 1986 sont devenues albinos. C’est ce que vient d’annoncer dans la revue Nature une équipe de chercheurs français et suédois. Dans la région la plus exposée aux radiations, les hirondelles (Hirundo rustica) dont le plumage est normalement… Lire la suite Albinos

Cosmos

A.1996-2

Actuellement (en 1996) 54 satellites équipés de générateurs électronucléaires, en majorité des satellites russes de la série “Kosmos” (avec comme carburant l’uranium 235), mais aussi quelques satellites nord-américains (utilisant le plutonium 238) plane au-dessus de nos têtes (soit au total 1,45 tonne d’uranium). https://www.dissident-media.org/infonucleaire/chute_cosmos.html  

Tybee Island

P.1996-1

Le 5 février 1958, après une collision avec un autre appareil militaire, le bombardier B-47B largue volontairement une bombe près de l’île Tybee. Elle porte le numéro de série 47782, pèse 3 500 kg et contient une charge de plutonium. Les recherches durent plusieurs semaines. Le rapport évoque l’enfouissement de la bombe sous 2 à 5 mètres de vase. En 1996, le site est choisi pour accueillir les compétitions olympiques de voile pour les jeux d’Atlanta.

http://tontondaniel.over-blog.com/2018/01/la-bombe-de-tybee-island.html

Chambre d’or

O.1996-1

Au Japon, lobservatoire Super-Kamiokande étudie les neutrinos. Ce sont des particules élémentaires produites par des réactions nucléaires. Les plus énergétiques viennent des cataclysmes cosmiques les plus violents (trous noirs, supernovas et big bang). À un kilomètre sous terre, dans une « chambre dor », les scientifiques tentent dobserver loscillation des neutrinos et de prédire lapparition de supernovas.

Thomas Boisson, Futura Science / Trust My Science, 25 juin 2018

IceCube

O.1990-1

Francis Halzen, de luniversité du Wisconsin : « Jai imaginé exploiter la lumière Tcherenkov, un flash bleuté très tenu généré par la collision dun neutrino avec le noyau dun atome dans la glace. » La première expérience a lieu en août 1990 au Groenland. Elle permet de détecter des muons provenant de linteraction des rayons cosmiques avec latmosphère, au fond de la banquise. En 2005, il déclare : « Grâce à AMANDA, on a enregistré un murmure ; avec IceCube, on va écouter le son dune contrebasse ».

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-amanda-neutrinos-mystere-sursauts-gamma-14835/

 

The Soviet authorities, who did not publicly acknowledge that the accident at Chernobyl had occurred for two days, were monitoring weather conditions which were sending heavily radioactive clouds northeast from the Ukraine towards heavily populated cities in Russia, including Moscow. They took the decision to force the weather, sending Air Force pilots equipped with Silver Iodide into… Lire la suite Ensemencement