Kiichi Nakajima

D.1955-6

Obsédé par la peur d’une attaque nucléaire, Kiichi Nakajima, riche industriel, décide de tout vendre et d’émigrer au Brésil avec sa famille, là où, selon lui, la menace nucléaire est une des moindres sur la planète. Mais sa famille l’attaque en justice pour s’opposer à la dilapidation des biens. Les juges doivent trancher pour savoir si le comportement de Nakajima est irrationnel ou non. Drame, 1955, 133’, , réal. : Akira Kurozawa.

The audience were told to fire rifles at the pictures and obtained a free copy of the catalogue if they managed to hit the eye of one of the politicians. On the wall next to the targets a series of so-called directives made by Debord hung. The directives were white canvases on which Debord had written slogans like: “Abolition du travail aliènè” (Abolition of alienated labour). In the next room J. V. Martin’s ‘thermonuclear maps’ hung. The maps were large paintings that depicted the world after the outbreak of the third world war.

Rayons Xx

O.1910-1

Philosophe , psychologue, inventeur, poète, publiciste et principal représentant du positivisme polonais, Julian Ochorowicz cherche à capter « deux nouvelles formes d’énergie » : les « Rayons rigides » et les « Rayons Xx » censés être développés par les médiums lors de manifestations d’« effets physiques ».

Rayons V

O.1899-1

Inspiré par les premiers rayons X, l’expérimentateur Louis Darget a développé une radiographie portable qui, selon lui, pouvait imprimer des images de pensées et de rêves sur des plaques photographiques. Comprenant une plaque photographique attachée à un bandeau, Darget a soutenu que «Lorsque l’âme humaine produit une pensée, elle envoie des vibrations à travers le cerveau, le phosphore qu’elle contient commence à rayonner et les rayons sont projetés». Exposé plus tard comme une fraude par l’Académie française des sciences, il a néanmoins continué à interpréter les images étranges et fantômes produites par sa radiographie, convaincu que c’était la clé pour comprendre ses rêves.

Radiation Burn

D.2010-2

Critical art ensemble project is about the use of the so-called “dirty bomb” as an instrument for state propaganda. We intend to recreate the hype around this instrument while at the same time deflating the spectacle. With the help of some great curators/producers in Germany, we will hire a professional demolition team to safely set off a bomb with a non-radioactive, metallic tracer simulant in an urban area in Germany. We’ll have people in Hazmat suits with metal detectors analyze the blast site. Immediately after the blast and while the site is being analyzed, we will set up a PA system at ground zero where a nuclear scientist will speak to the public about the actuality of making, deploying, and detonating a dirty bomb. The reality is that weapon is basically a myth. For a truly harmful one to be built it would require state sponsorship. It not something any terrorist could ever do, nor is it a “poor man’s nuke.” If we don’t take the “dirty bomb” as a self evident threat (its propaganda form), and instead look at it from a reflective reasoned position, it’s easy to understand that there is nothing to fear, and that the state is using this image for other more nefarious purposes.

Moteur stellaire

A.2020-6

Un propulseur Caplan exploiterait toute l’énergie du Soleil pour propulser l’ensemble du Système solaire à travers la galaxie et au-delà. Il porte le nom de l’astrophysicien Matthew Caplan de l’Université d’État de l’Illinois, qui a imaginé le concept. L’étude a été publiée dans la revue Acta Astronautica.

Pour son premier spectacle à Paris depuis sa démission du Théâtre national populaire, Jean Vilar a donc choisi de mettre en scène le long interrogatoire – il a duré vingt-trois jours – du savant à qui on reprochait son ” manque d’enthousiasme pour le projet de la bombe à hydrogène “.

I belive

A.1939-1

I believe there are 15,747,724,136,275,002,577,605,653,961,181,555,468,044,717,914,527,116,709,366,231,

425,076,185,631,031,296 protons in the Universe and the same number of electrons.

Arthur Eddington (1939), lecture titled “The Philosophy of Physical Science.”

Alerte

D.2011-3

La centrale nucléaire de Gravelines (Nord) a été partiellement évacuée à deux reprises dans la nuit de vendredi à samedi en raison d’une alerte à la bombe

Il est considéré comme l’un des plus mauvais films de l’histoire du cinéma. En pleine guerre froide, un scientifique russe passé à l’Ouest avec des informations confidentielles sur les projets spatiaux soviétiques est pris en chasse par des tueurs du KGB. Il se transforme en une bête sanguinaire radioactif lors d’un test atomique à Yucca Flats. Tor Johnson porte littéralement le film prouvant qu’il pouvait tisser sa magie particulière même sans son Ed Wood à la barre. Réalisé par Coleman Francis. RÉALISATEUR : Coleman Francis.

Un essai atomique dans le cercle polaire arctique libère un “rhédosaurus”, gigantesque bête préhistorique qui commence à ramper immédiatement vers New York (sa patrie ancestrale). Les scènes de piétinement du monstre à Manhattan sont une extravagance d’effets spéciaux. Le tireur d’élite Lee Van Cleef tue la Bête à Coney Island à l’aide de munitions radioactives. DIRECTOR: Eugene Lourie

L’expérience scientifique de Matilda est censée montrer combien une petite quantité de radium affecte les marguerites ; certaines meurent, mais d’autres évoluent avec des mutations étranges mais très belles, qui diffèrent totalement des plantes originales. De la même manière, Matilda a réussi à s’en sortir, malgré une existence difficile, dans une maison délabrée d’un quartier de classe moyenne.

Le Cri

M.2013-3

Christophe Fiat Le Cri de Godzilla A travers cette performance, Christophe Fiat interroge la figure de Godzilla, monstre inventé en 1954 par Ishiro Honda dans un film portant le même nom. Irradié par des essais nucléaires dans le Pacifique, Godzilla apparaît donc comme une icône universelle nous mettant en garde contre les dérives incontrôlées des lobbies du nucléaire.

Le principe

O.2015-2

“Le principe” de Jérôme Ferrari : Heisenberg, de la science à la bombe

Dans “Le principe” (Actes Sud), Jérôme Ferrari, Prix Goncourt 2012, se penche sur la figure du physicien Werner Heisenberg, inventeur de la mécanique quantique, puis artisan involontaire de la fabrication de la bombe atomique. C’est par la voix d’un jeune philosophe que se profile la destinée du scientifique, et que, du “principe d’incertitude” à l’horreur d’Hiroshima, s’expriment les questions.

Neom

A.2020-6

L’Arabie saoudite a probablement des réserves d’uranium suffisantes pour produire du combustible nucléaire pour répondre aux besoins du pays, selon un reportage publié par un journal britannique jeudi. Citant une étude réalisée par des géologues saoudiens et chinois, le Guardian a indiqué que les 90 000 tonnes de minerai d’uranium qui ont été identifiées dans trois dépôts du royaume du Golfe seraient suffisantes pour que l’Arabie saoudite puisse faire avancer son programme nucléaire naissant, notant qu’il en resterait également pour l’exportation.

La réserve la plus prometteuse serait située aux abords de Neom, une ville « intelligente » qui est programmée dans le nord du pays.

Cinq Survivants

D.1951-1

Dépeuplée par un holocauste nucléaire, la Terre n’est plus qu’un vaste cimetière. Seules cinq personnes semblent avoir miraculeusement survécu. Se retrouvent dans un site privilégié épargné par les retombées radioactives : une femme enceinte, un homme de couleur, un employé de banque, un philosophe et un alpiniste raciste. Vont–ils, malgré leurs différences, parvenir à coexister face au tragique de la situation ? Tourné en 1951, avec un budget très réduit dans la propriété du producteur–réalisateur Arch Oboler, LES CINQ SURVIVANT est un film d’avant garde, étalon d’un genre appelé à se développer : le survival post apocalyptique. Défendu en son temps par François Truffaut, LES CINQ SURVIVANTS évoque parfois le cinéma de Bergman et sa conception hors les studios hollywoodiens préfigure la Nouvelle Vague.

Demi-vie

O.2021-1

Au lieu unique, à Nantes, l’auteur Aram Kebabdjian et l’artiste Stéfane Perraud explorent la réalité et l’imaginaire de l’âge nucléaire par le bais d’archives, d’une vidéo sur un futur site d’enfouissement, de mystérieuses sculptures et d’une installation de réalité virtuelle, Zone bleue. Il fallait bien les ressources conjointes du document et de la fiction pour tenter d’appréhender cet irreprésentable que constitue la « demi-vie » des déchets nucléaires, située à quelques milliers d’années de notre temps présent.

D’Ivoi

P.1909-1

En 1909, le romancier Paul d’Ivoi publie La Course au radium dans sa série des Voyages excentriques. L’ambiance scientifique et fantaisiste de cette série de romans publiés entre 1894 et 1916 s’inspire des Voyages extraordinaires de Jules Verne.

Sirenomelia

O.2017-4

L’œuvre la plus marquante est sans aucun doute l’extraordinaire vidéo de l’artiste lithuanienne Emilija Škarnulytė. Le spectateur suit l’évolution d’une sirène. Partie des eaux d’une centrale nucléaire, cette dernière se faufile dans un tunnel pour déboucher au pied d’un glacier dans l’Arctique et poursuivre sa course vers le large. Filmée en partie dans une base de l’Otan en Norvège, accompagnée par une bande son sombre et anxiogène, Sirenomelia (notre photo d’ouverture) mélange une approche documentaire, aux prises somptueuses, au fabuleux pour cartographier des paysages quasiment post-humains.

Pitches

M.2020-2

[…] On trouvera ci-dessous une petite série de ces histoires sans avenir, toutes signées Infernus Iohannes. Elles ont pris l’apparence d’un pitch, ce résumé express destiné à accrocher l’attention des journalistes ou des libraires. Nous avons toujours aimé les formes brèves, mais autant dire tout de suite que cette forme-là nous paraît détestable à de nombreux points de vue, et cela d’autant plus qu’elle est pratiquée de façon lamentablement commerciale et totalitaire par les marchands du monde éditorial officiel. Sans pitch racoleur, un roman existe mal ou n’existe pas.

Nous présentons ici des pitches pour rire, des pitches qui ne renvoient qu’à des fantômes d’histoires, d’anecdotes ou d’images post-exotiques condamnées à exister mal ou à ne pas exister.

Antoine Volodine, “Signé Infernus Iohannes”, AOC

Héméra

A.2021-2

Nous sommes en 3620, une équipe de scientifiques se réunit dans le but de préserver la « zone bleue » de l’afflux touristique qu’elle suscite – une forêt entièrement bleue, végétaux et animaux compris. Pourtant, quelques siècles plus tôt, des morts et des pathologies inexpliquées étaient apparues parmi les visiteurs. Les autochtones parlent du mythe d’un soleil mort enfoui sous terre. Et si l’on sait maintenant que la Zone est située au-dessus de déchets radioactifs, il reste beaucoup à découvrir. L’enfouissement des déchets nucléaires : c’est en ce moment le sujet du travail d’Aram Kebabdjian, remarqué pour son roman Les Désœuvrés, et de l’artiste Stéfane Perraud. Ils exposent ensemble à partir du 4 juin au Lieu unique à Nantes (Demi-vie, jusqu’au 29 août). Une nouvelle inédite, en prolongement de leur installation Zone bleue.

https://aoc.media/auteur/aram-kebabdjianaoc-media/

Manhattan

D.1945-5

Nouveau-Mexique, 1943. D’éminents scientifiques conçoivent l’arme qui réduira en cendres Hiroshima, dans le plus grand secret et la plus grande paranoïa. “Manhattan” décrit avec justesse cette vie en vase clos. Explosif.

L’empire de l’atome se déroule en 12 000 après JC. Dans des temples gardés par des prêtres atomiques, l’uranium, le plutonium et le radium sont des dieux. Clane, issu de la famille régnante, nait après une exposition radioactive accidentelle. Eduqué à l’isolement par un prêtre scientifique, l’enfant est doué de pouvoirs supranormaux. Responsable des victoires martiennes et vénusiennes, il sauve l’empire après une invasion barbare et se tient prêt à protéger le système solaire contre une éventuelle attaque d’au-delà de notre système solaire. Le livre est écrit en 1946.

Le baron Victor von Frankenstein a été ruiné par la guerre et les mauvaises manières des nazis à son égard. Pour se refaire une santé financière, il vend ses souvenirs de famille à une chaîne de télévision qui souhaite tourner un documentaire sur les recherches de ses ancêtres, dans le somptueux décor de son château allemand. Grâce aux largesses financières des producteurs, le baron parvient à acquérir un réacteur nucléaire. A l’aide de ce dernier, il parvient à redonner vie à une créature monstrueuse à qui il a transplanté le cerveau de son maître d’hôtel.

Blowups Happen

A.1940-1

Il arrive que ça saute (titre original : Blowups Happen) est une nouvelle de Robert Heinlein publiée pour la première fois dans Astounding Science Fiction en 1940. La nouvelle a été révisée par l’auteur en 1946 pour l’adapter aux connaissances issues du Projet Manhattan et de l’explosion des deux bombes atomiques sur le Japon en août 1945.

Robert Heinlein imagine une industrie nucléaire civile ayant construit des centrales nucléaires afin d’alimenter en énergie les États-Unis. Il évoque aussi les risques engendrés par la construction et la maintenance de ces centrales, et propose une solution inattendue pour faire face au risque nucléaire.

Terminus Radieux

M.2014-1

Des siècles après la fin de l’Homme rouge, dans une Sibérie rendue inhabitable par les accidents nucléaires, des morts-vivants, des princesses et des corbeaux s’obstinent à poursuivre le rêve soviétique.

Teenage Caveman

D.1958-1

Teenage Caveman (1958) de Roger Corman relate un monde de préhistoire fait de coutumes ancestrales et de lois immuables. Un adolescent rebelle s’efforce de les transgresser et de surmonter l’interdit majeur de cette petite société, en franchissant une rivière pour accéder à l’autre rive, où se tient le « monstre qui donne la mort », comme disent les protagonistes, soigneusement gominés. On découvre après la mort du monstre en plastique que la société préhistorique est en réalité une société postapocalyptique, dont les occupants sont les derniers survivants d’un holocauste nucléaire ; le monstre errant avec sa combinaison carbonisée donne la mort car il irradie tous ceux qui le touchent.

Produite par LES FILMS DE LA JETEE qui a reçu le soutien financier et technique du programme SACRe de PSL Université, de la Collectivité Territoriale de Corse, du DICRéAM, de F93, de la Galerie Les Filles du Calvaire et de l’Iris Etudes Globales, cette exposition met en lumière le travail de Mélanie Pavy, doctorante SACRe à… Lire la suite Omega

Les colis blindés contenant les substances radioactives doivent 1) assurer une protection contre les rayonnements ionisants ; 2) empêcher le relâchement de ces substances hors du colis ; 3) empêcher loccurrence dune réaction nucléaire en chaîne si son contenu est constitué de matières fissiles, notamment en limitant le contenu et en restant étanches (car leau facilite le démarrage de ces réactions) ; 4) assurer la protection contre le dégagement thermique important du contenu, par exemple aux moyens dailettes de refroidissement. Un accident de transport pouvant a priori survenir nimporte où, donc potentiellement loin des services de secours spécialisés, le colis doit par lui-même apporter une protection suffisante pour limiter les conséquences dun accident.

Agence de sûreté nucléaire

Reinforced packages containing radioactive substances must: 1) protect against ionising radiation; 2) prevent the release of substances from the package; 3) prevent the occurrence of a nuclear chain reaction if its contents are made up of fissionable materials, notably by limiting contents and remaining watertight (water can set off a reaction); 4) protect against contents that release high levels of heat, for example through cooling fins. Since a transport accident can occur anywhere, potentially far from specialised emergency services, the package itself must provide sufficient protection to limit the consequences of such an accident.

film VR, 8 min, une création d’Aram Kebabdjian et Stéfane Perraud, Environnement 3D : Jano Ha, Voix : Grégoire Monsaingeon, Prise de son et mixage : Mathieu Farnarier, Traduction anglaise : Keziah Serreau, Production : Anne Becker, PLATÔ, Diffusion : Sara Dufour, Maison Byron, soutenu par : CNC-DICRéAM

 

Au loin, les cloches dune église sonnent. Il est 16 h en haut dune colline qui domine les plaines de la Meuse, département de lest de la France. Tout près, un bûcher vient de sembraser. Des sorcières dansent autour au rythme dun tambour soutenant leffervescence commune. Ce qui brûle ? Un chat bleu en tissu digne dun décor de carnaval, symbole de la puissance nucléaire. Il ne sagit pas dun rendez-vous entre ami·es autour dun rite obscur, cest une lutte politique. Une mobilisation féministe et antinucléaire lors dun week-end organisé en mixité choisie.

https://radioparleur.net/2019/10/24/bure-ecofeminisme-nucleaire-mixite/

 

In the distance, church bells ring. It is 4 p.m. on top of a hill that dominates the plains of the Meuse department in Eastern France. Close by, a pyre has just been lit. Around it, witches dance to the rhythm of a tambourine, stirring up a shared effervescence. What is burning? A blue fabric cat, symbol of nuclear power, carnivalesque in appearance. This isn’t a meeting of friends for some obscure ritual. It is a political struggle for the feminist and anti-nuclear causes, a weekend rally organised by individuals from across the gender spectrum.

film VR, 8 min, une création d’Aram Kebabdjian et Stéfane Perraud, Environnement 3D : Jano Ha, Prise de son et mixage : Mathieu Farnarier, Voix :  Manon Kneusé, Traduction anglaise : Keziah Serreau, Production ; Anne Becker, PLATÔ, Diffusion : Sara Dufour, Maison Byron, soutenu par : CNC-DICRéAM

 

« J’avoue être choqué cette année par la présence de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) et d’un bureau de la Défense. Ils sollicitent l’imaginaire de la science-fiction et sa capacité d’anticipation pour répondre à leurs problématiques. Les auteurs de science-fiction ne sont pas là pour imaginer l’art futur de la guerre… Lire la suite Science-fiction

Écologiste pragmatique, l’Américain Michael Shellenberger est un fervent défenseur du nucléaire comme solution au réchauffement climatique. “On estime à deux cents le nombre de morts par radiation provoquées par Tchernobyl. Fukushima, c’est zéro mort. Donc le nucléaire civil a provoqué la mort de deux cents personnes en quatre-vingts ans ! En revanche, il y a… Lire la suite Erreurs

FESSENHEIM / MUSÉE – Qu’adviendra-t-il de la centrale nucléaire de Fessenheim dont la fermeture est planifiée pour l’été 2020 ? Elle sera transformée en musée des accidents nucléaires et des contaminations radioactives ! “Ce musée se veut à la fois pédagogique, scientifique et ludique”, nous confie le responsable du projet réhabilitation de la centrale, Anatole… Lire la suite Reconversion

In January 2018, a mobile alert was sent to the inhabitants of Hawaii warningthem that a “ballistic missile threat” was inbound to the island. Although themessage concluded with the line “this is not a drill”, the alarm turned outto be false. Hawaii was safe. If the threat of nuclear arsenals seemedto be a thing of the… Lire la suite Fausse alerte

Earlier this year, Third Way, a Washington based think-tank, commissioned Gensler to come up with sketches and renderings that can be used to explain the role that advanced reactors could play in a variety of energy systems that enable the world to reach its goals for reducing CO2 emissions. Those renderings were exhibited at D.C.’s Fathom… Lire la suite Third way

The accident at the Chernobyl NPP in 1986 was the most severe in the history of the nuclear industry, causing a huge release of radionuclides over large areas of Europe. The recently completed Chernobyl Forum concluded that after a number of years, along with reduction of radiation levels and accumulation of humanitarian consequences, severe social… Lire la suite Psychologie

Bleu Gorgone 2 est le fruit d’une technologie de pointe, dernier né d’une série de réacteurs développée par Stéfane Perraud. L’installation invite à s’immerger dans un espace où un rayonnement diffus laisse deviner quatre cuves disposées en croix sur une table optique. Chacun de ces réservoirs est surmonté d’un bloc optique et sonore qui sert d’interface… Lire la suite Bleu Gorgone #2

Isotopia est une île boréale restée secrète jusqu’à sa découverte le 13 janvier 2015 au campus de Villeneuve-dAscq. Stéfane Perraud et Aram Kebabdjian en ont décrit et représenté les particularités dans un chassé-croisé dimages, dinstallations et de textes. Ce lieu fictif, à la fois décharge à ciel ouvert et laboratoire scientifique, est né dune relecture littérale de la table des isotopes, traversée du nord au sud par une « vallée de la stabilité » telle quon la découvre dans les manuels de chimie. Au loin, dans la masse des montagnes, de petits sentiers filent à deux pas des cimes. Seuls les chasseurs, solidement harnachés, sy risquent les uns derrière les autres.

Cartographie d’Isotopia, gravure laser sur poirier 60 x 90 cm, 2015

Isotopia is a northern isle that remained secret until it was discovered at the Villeneuve-d’Ascq campus on 13 January 2015. Through a series of images, installations, and texts, Stéfane Perraud et Aram Kebabdjian have documented and depicted its distinguishing features. This fictitious place, at once an open-air rubbish dump and a scientific laboratory, was inspired by a literal rereading of the table of nuclides found in chemistry manuals. A “valley of stability” runs from north to south. In the distance, amongst the mountains, small paths approach the summit. Only hunters, securely harnessed, venture there one after the other.

Cartography of Isotopia, laser engraving, pear wood, 60 x 90 cm, 2015

Mauthausen

D.2014-4

Un réalisateur autrichien pense avoir découvert une gigantesque infrastructure pour la construction d’armes secrètes nazis dans un complexe souterrain près du camps de concentration de Mauthausen en Autriche, où des milliers de juifs ont été tués. ” Le complexe souterrain était relié à l’usine B8 Bergristall, où les allemands ont produit le premier avion de… Lire la suite Mauthausen

NukeMap

D.2012-1

NUKEMAP est un logiciel de simulation en ligne présentant une projection géolocalisée des effets dune arme nucléaire sur une zone donnée, en fonction de sa puissance et de laltitude de lexplosion. Dabord développé dans un but éducatif, le site est visité par environ trois millions de personnes qui ont fait exploser environ 30 millions de bombes virtuelles. La moyenne est de 5 « explosions » par visiteur.

https://nuclearsecrecy.com/nukemap/

 

Trois anciens étudiants du MIT (Russ Wilcox, Mark Massie et Leslie Dewan) ont conçu un réacteur nucléaire, capable de produire d’énormes quantités d’électricité rien qu’en consumant les déchets radioactifs issus des centrales conventionnelles, tout en réduisant leur durée de vie radioactive. Pour promouvoir cette solution, ils ont créé en 2010 leur entreprise : Transatomic Power. Pour… Lire la suite Erreurs de calcul

S.T.A.L.K.E.R.

M.2007.1

S.T.A.L.K.E.R. : Shadow Of Chernobyl est un jeu de tir à la première personne sur PC qui vous plonge dans l’univers inquiétant de la zone de Tchernobyl en Ukraine, touchée par la fusion du réacteur nucléaire de la ville en 1986. Depuis, rien n’est plus pareil, et c’est à vous de découvrir quels sont les effets radioactifs dévastateurs, en faisant face aux mutants du coin.

https://www.jeuxvideo.com/jeux/pc/00009342-s-t-a-l-k-e-r-shadow-of-chernobyl.htm

 

Half-life

M.1998-A

Freeman entre comme employé au Centre de recherche de Black Mesa, le 5 mai 2000. Il est assigné au département des Matériaux anormaux, où il effectue des recherches sur le nucléaire et la physique des particules. Au début du jeu, Gordon Freeman participe à une expérience qui tourne à la catastrophe. Le Centre de Black Mesa est envahi par des formes de vie « extérieures » à notre dimension qui commencent à éliminer le personnel du complexe. Le jeu vidéo connaît six versions différentes.

https://valve.fandom.com/fr/wiki/Gordon_Freeman

Le 24 novembre 1993, alors qu’il est encore Directeur général du CERN, le physicien des particules Carlo Rubbia crée un précédent extraordinaire bousculant toutes les traditions scientifiques : Usant du prestige de son prix Nobel il s’adresse directement à la presse et au grand public pour annoncer que lui — tout seul — aurait trouvé… Lire la suite Rubbiatron

Akira

M.1988-1

En 1982, Tokyo est détruite par une explosion nucléaire, avant de se reformer sous le nom de « Neo Tokyo ». Une nuit, Tetsuo a un accident en essayant d’éviter un jeune garçon qui a un visage de vieillard. Capturé par l’armée, il fait l’objet de tests dans le cadre d’un projet militaire visant à repérer et à former des êtres possédant des pouvoirs psychiques.

Akira, film d’animation post-apocalyptique de Katsuhiro Ōtomo, sorti en 1988

Syndrome chinois

O.1979-1

Le Syndrome chinois (The China Syndrome) est un film américain de type thriller réalisé par James Bridges, sorti en 1979. Son titre fait allusion au « syndrome chinois », un accident hypothétique où le matériel en fusion d’un réacteur nucléaire pourrait traverser la croûte terrestre après l’emballement du réacteur. Kimberley Wells, une journaliste américaine employée par la chaîne de télévision KXLA, tourne un documentaire à la… Lire la suite Syndrome chinois

La chasse au mercure rouge dure depuis des siècles. On prête à cette substance la réputation de pouvoir contribuer à la confection de bombes à neutrons de très petite taille, aussi dangereuses que des bombes nucléaires. Elle serait capable de diffuser des nuages toxiques et détraquer les radars… À en croire la BBC, de nombreux… Lire la suite Mercure rouge

Lors de fouilles sur les sites de Mohenjo-daro (Colline des Morts) et de Harappa, les deux villes principales de la civilisation de la vallée de l’Indus, on découvrit des squelettes affalés dans les rues, âgés de plusieurs milliers d’années. L’archéologue russe A. Gorbovsky a évoqué le niveau d’irradiation présenté par ces squelettes. Parmi les plus radioactifs jamais trouvés. On trouva également des milliers d’objets fondus — baptisés « pierres noires » —, des fragments de récipients en terre soudés par une chaleur extrême. Certains y virent la preuve que cette civilisation, l’une des plus vieilles au monde, aurait été détruite par des explosions atomiques.

David Hatcher Childress, Technology of the Gods: The Incredible Sciences of the Ancients, 1999

Within the atome, is the promise of a new age in within we will have a complete control over our environnement, with new structural material, from wich spotless, airy building may be spun, and with the availibility of tremendous supplies of heat, power and radioactivity, we may build germ-free, air-conditionned cities, even in the forbiden… Lire la suite Atomic revolution

Pandore

D.1955-4

À peine remarqué à sa sortie en salle aux États-Unis, Kiss Me Deadly (Robert Aldrich, 1955) suscite une réaction immédiate parmi les critiques des Cahiers du cinéma qui reconnaissent le talent d’un auteur dans « la lutte implacable du blanc sur le noir : masses d’ombre qui s’entrecroisent ou se heurtent, zébrées d’éclairs blancs. Désintégration du montage, explosion de l’image : voilà le premier cinéaste de l’ère atomique ». Flatté de l’intention que lui prêtent les Français, Robert Aldrich dément cependant avoir osé entreprendre une fiction sur la « boîte atomique ».

Delphine Letort, Kiss Me Deadly (Robert Aldrich, 1955) : “Le consensus atomise”, Quaina, vendredi 14 octobre 2011

Atomic man

M.1955-1

Un physicien nucléaire, laissé mort, est retrouvé vivant et en bonne santé par des collègues. À cause dune overdose de radiations, son esprit a sept secondes d’avance. Il ne peut pas parler de manière cohérente, mais connaît toujours lavenir. Les gangsters tentent d’exploiter ses incroyables pouvoirs. Idée astucieuse, film lent. Réalisé par Ken Hughes, avec Gene Nelson et Faith Domergue.

Michael Weldon, The Psychotronic Encyclopedia of Film

Them !

M.1954-1

Des essais nucléaires dans le désert créent des fourmis géantes mutantes, dont la plupart sont détruites dans leur nid par des gaz toxiques. Mais la reine fourmi et quelques mâles s’échappent. Un nouveau nid est créé dans les égouts de Los Angeles. Them ! a été réalisé par Gordon Douglas à partir dun scénario de Ted Sherdeman.

Michael Weldon, The Psychotronic Encyclopedia of Film

Projet Huemul

M.1949-1

En 1949, Juan Perón invite Ronald Richter, qui a créé un accélérateur de particules pour les nazis. Il promet au président argentin la fusion nucléaire. Le projet est arrêté après les premiers effets dannonce, Perón renversé et Richter incarcéré pour fraude. Le complexe de l’île de Huemul sert de cible aux militaires. Les arbres et les vignes envahissent les installations nucléaires du physicien nazi.

https://www.atlasobscura.com/places/huemul-island

Ronald Richter was born in Falkenau an der Eger (in Czech Falknov nad Ohří renamed Sokolov in 1948), Bohemia (now in Czech Republic) while it was part of the Austrian empire. Richter was of German origin.  Richter attended the German University of Prague, graduating in 1935. Sources provide variant narratives about his studies as a doctoral candidate. According to Gambini, Richter was awarded… Lire la suite Rayons delta