Rayons gamma

D.2017-2

There are various forms of ionizing radiation and all have the potential to cause damage. These forms differ in their impact on organic tissue. The most potent of the three types is gamma radiation. It can penetrate walls and human bodies and travels the longest distance (several metres). X-rays (which have essentially the same characteristics… Lire la suite Rayons gamma

Trèfle violet

P.2016-6

A Nantes, des chercheurs s’activent pour trouver des procédés de dépollution de ces sols une fois contaminés, notamment par le césium. Cet élément chimique radioactif, lorsqu’il se situe sous terre, n’est qu’à seulement 5 centimètres des surfaces. Les scientifiques expérimentent la plantation du trèfle violet sur ces zones contaminées. Grâce à un procédé chimique propre… Lire la suite Trèfle violet

Les forêts sont aujourd’hui la principale source de cette contamination secondaire. En effet, quand on rentre dans un sous-bois, le compteur Geiger s’emballe : la radioactivité double, voire quadruple si on la mesure à même le sol, car les arbres et l’humus ont largement fixé le césium radioactif libéré par l’explosion des réacteurs. Or les… Lire la suite Forêt

Cèdre du Japon

P.2011-1

Les cèdres du Japon piègent la moitié de liode-131. Les poussières sur lesquelles sont accrochés les radionucléides adhèrent plus ou moins en fonction de la granularité des aiguilles. Avec le temps, la canopée des résineux va contaminer les sols forestiers. Les éléments radioactifs senfonceront dans le sol. À 30 centimètres de profondeur, ils seront capturés par le réseau racinaire, doù ils seront renvoyés vers la cime des arbres.

Yves Miserey, « Fukushima : contamination de la cime des forêts japonaises », Le Figaro, 14 novembre 2012

Sébastien Mettraux, BLEU DE PRUSSE (Radiogardase®) cadre en bois, verreanti-reflet, notice du médicament (au dos du cadre), 53 x 53 x 4.5 cm La série « bleu de Prusse » est composée de monochromes sous verre réalisés à la tempera à l’oeuf. J’utilise, en lieu et place du pigment destiné aux peintres, le pigment pharmaceutique… Lire la suite Antidote

En 1989, c’est par le plus grand des hasards que l’on découvre, dans un village de la province de Cosenza, en Calabre, 60 tonnes de déchets médicaux prêts à être incinérés dans un four industriel. Un an plus tard, le bateau Rosso s’échoue près de la petite ville côtière d’Amantea. L’épave pourrait avoir servi à… Lire la suite Epaves

L’ accident radiologique de Kramatorsk était un accident radiologique survenu à Kramatorsk , RSS d’ Ukraine de 1980 à 1989. En 1989, une petite capsule contenant du césium 137 hautement radioactif a été trouvée à l’intérieur du mur en béton d’un immeuble, avec une dose d’exposition aux rayonnements gamma en surface. taux de 1800  R… Lire la suite Bâtiment 7

Kramatorsk

P.1989-1

La source faisait à lorigine partie dune jauge de niveau de rayonnement, perdue dans une carrière de pierre. Le gravier a été utilisé dans la construction. Pendant neuf ans, la capsule sest retrouvée dans le panneau de béton, entre les appartements 85 et 52 du bâtiment 7 de la rue Gvardeytsiv Kantemirovtsiv, à Kramatorsk (Ukraine). Un lit denfant juste à côté du mur contenant la capsule de césium 137.

https://fr.qaz.wiki/wiki/Kramatorsk_radiological_accident

Goiânia

P.1987-1

13 septembre 1987 : Roberto dos Santos Alves et Wagner Mota Pereira sintroduisent dans une clinique abandonnée. À lombre dun manguier, ils attaquent à la masse la machine quils y ont dérobée. Vertiges, vomissements, diarrhées les surprennent à la tombée de la nuit. Un œdème boursoufle la main gauche de Wagner. Roberto parvient à extraire la capsule quil perfore dun coup de tournevis. Un halo bleuté flotte dans le noir, lhumidité de lair luit comme un néon. Il rêve de sertir l’un de ces cristaux sur une bague pour l’offrir à sa femme. Lappareil servait à traiter des tumeurs cancéreuses par irradiation. Lors de la décontamination, il a fallu démolir sept maisons. Le volume total de déchets était de 3 100 m3, soit environ 4 000 tonnes.

Sébastien Wesolowski, « L’un des pires accidents nucléaires de l’histoire a commencé par un vol », Vice, 5 avril 2019

In the 1960s began the discovery of Prussian blue as a versatile material for the solution of difficult to solve problems. It started with the finding of its possible use as a poison antidote for radioactive cesium and thallium, which is a routine use today. Figure10 shows a commercial Prussian blue-based poison antidote product. Radioactive… Lire la suite Bleu de prusse