War Theatre

0.1945-23

La seule image prise directement au-dessus de l’explosion a été prise par le sergent John McGlohon, un photographe de reconnaissance aérienne dans un avion qui survolait par inadvertance Hiroshima pendant le bombardement. Quelles sont les chances que cela se produise ?

“Nous avons décollé de Guam vers 2 heures du matin pour ce que nous pensions être une mission régulière”, a déclaré McGlohon lors d’un entretien avec le Musée national de la Seconde Guerre mondiale. “Il se trouve que la ligne de vol qui nous était assignée ce jour-là survolait la ville d’Hiroshima… pour revenir à Guam en fin d’après-midi”.

En tant que photographe de l’avion, McGlohon regardait Hiroshima à travers un hublot de 12 pouces lorsque la bombe a explosé. “Il y a eu un flash brillant, comme si quelqu’un avait tiré un flash en plein visage.

K-20

O.1945-22

Présent dans la matinée du 6 août sur la base américaine de l’île Tinian, le journaliste James Holton eut soudain la surprise de voir débarquer un groupe d’aviateurs visiblement très excités. Il s’engouffra à leur suite dans une chambre noire. « L’un des aviateurs retira prestement la pellicule d’un appareil photo et la déposa dans un bac de produits chimiques. Pas un mot n’était prononcé. Le film fut développé, séché, puis mis sous un agrandisseur. Bientôt, l’aviateur tint dans ses mains une photographie encore humide. Dans le faible rougeoiement de la chambre noire, je vis ce qui allait devenir une des images les plus marquantes du XXe siècle : le champignon atomique au-dessus de Hiroshima.25 » L’auteur de cette photographie était George Robert Caron, l’artilleur installé à l’arrière de Enola GayLe jeune homme utilisa un simple Kodak 25, et cette image ne lui rapporta pas un sou. Publiée pour la première fois dans la presse le 11 août, la photographie accéda au rang d’icône et fit le tour du monde : comme nous le rappelle Vicki Goldberg, dans les mois qui suivirent, plus d’une cinquantaine d’entreprises de Manhattan l’adoptèrent en guise de logo

Goldorak

D.1975-4

Les multiples explosions qui ponctuent les combats titanesques opposant Goldorak aux Golgoths et autres Antéraks rappellent inévitablement les images d’explosions nucléaires. Nous ne prendrons ici que quelques exemples : l’explosion de l’aragne dans l’épisode 5, celle de l’épisode 6, ou encore celle de l’épisode 25, qui raconte la destruction de la planète Euphor par les vaisseaux spatiaux de Stykadès. Dans cet épisode, Aphélie, persuadée qu’Actarus a tué son frère Nadir – dont le cerveau fut greffé sur le premier Golgoth détruit par Goldorak –, tente de tuer le prince d’Euphor. L’explosion qui vient illustrer les souvenirs d’Aphélie sur la destruction d’Euphor renvoie à l’image des bombes qui explosèrent à Hiroshima et Nagasaki mais elle permet aussi, dans le cadre de la diégèse, d’illustrer la tension extrême de l’affrontement entre Aphélie et Actarus.

Marilyn

D.1954-6

L’après-midi, le couple Marilyn Monroe  et Joe di Maggio (avec Bobby Brown) en lune de miel au Japon depuis quelques jours, partent visiter le musée commémoratif de la paix de Hiroshima où ils ont pu voir une maquette panoramique de la ville après le bombardement atomique. L’air grave face à la tragédie, Marilyn soupire à plusieurs reprises.

Le Daigo Fukuryū Maru  (« Dragon chanceux no 5 ») est un thonier japonais. Selon le récit des pêcheurs sortis en mer ce jour là, le ciel s’éclaire à l’ouest comme si l’aube venait. Huit minutes plus tard, le bruit leur parvient suivi de retombées plusieurs heures plus tard. Ces retombées constituées d’une fine poussière blanchâtre et friable de corail calciné tombent sur le navire durant 3 heures. Les marins la stockent à mains nues dans des sacs. La poussière s’accroche aux surfaces, aux corps, aux cheveux, à la bouche et aux dents ; après que les effets de la radiation ont commencé à apparaître, les pêcheurs la surnomment shi no hai (死の灰?« cendre de mort »).

Chaque citerne est listée, comme le sont les dix enfants de l’île dont l’âge est compris entre 30 mois et 7 ans. L’âge auquel la thyroïde est la plus sensible à cet iode, qui vient également vicier le système gastro-intestinal. C’est que ces mêmes enfants, pour la plupart, sont nourris au lait en poudre, confectionné avec l’eau de ces citernes, dont « toutes les mesures indiquent » qu’elles enregistrent « la présence de produits de fission frais ».

Betelgeuse

D.1966-10

C’est à bord du De Grasse que le général De Gaulle tourna la clef qui ordonna le tir Bételgeuse le 11 septembre 1966. De toute l’histoire des essais atomiques français, le Général De Gaulle sera le seul président de la République à assister à une expérimentation nucléaire. Le bâtiment de commandement ne disposait plus d’aucun hublot et son bloc-passerelle fut renforcé en citadelle NBC (nucléaire-bactériologique-chimique).

Blue Peacock

D.1954-5

En 1954, les ingénieurs britanniques à l’origine de Blue Peacock ont conçu une mine anti-nucléaire destinée à être utilisée contre les Soviétiques – et elle dépendait de poulets vivants.

Plant 221

P.1958-5

Among the yak herds and Tibetan Buddhism prayer flags dotting the windswept highlands of northwestern China stand the ruins of a remote, hidden city that vanished from the maps in 1958.

The decaying clusters of workshops, bunkers and dormitories are remnants of Plant 221, also known as China’s Los Alamos. Here, on a mountain-high grassland called Jinyintan in Qinghai Province, thousands of Tibetan and Mongolian herders were expelled to create a secret town where a nuclear arsenal was built to defend Mao Zedong’s revolution.

ENORMOZ

D.1945-16

Here we have two diagrams of the Nagasaki atomic bomb (Fat Man) based on information passed on to the Soviets from Klaus Fuchs and other spies. These aren’t particularly sensitive today, but would have been Top Secret–Restricted Data when they were acquired. On the right is the basic dimensions of the body of the bomb, and on the left is a more detailed arrangement showing the electrical systems inside the bomb. As anyone reading this blog no doubt knows, the Soviet Union had a number of spies in high places in both the US and UK sides of the Manhattan Project, which they dubbed “ENORMOZ” in their code language.

http://blog.nuclearsecrecy.com/2012/07/27/rare-photos-of-the-soviet-bomb-project/

Joe-1

D.1947-3

The caption says this is model of the first Soviet bomb at “the Polygon,” which was the code name for the Semipalatinsk test site.5 Somehow it manages to look very futuristic (the big circles, the large poles) and yet quite rustic (the trees, the way in which everything looks like it has been fashioned by hand by… Lire la suite Joe-1

Il ne fait guère de doute que les Russes et nous-mêmes avons désormais la capacité de placer en orbite un satellite suffisamment grand pour transporter un système d’armes. Il pourrait s’agir d’une ou de plusieurs bombes nucléaires ou bactériologiques et des dispositifs électroniques nécessaires à leur lancement depuis le satellite vers des cibles au sol. Du point de vue de la taille et du poids, il convient de noter que les missiles conçus pour être lancés vers le bas à partir d’un satellite en orbite ne nécessiteraient pas les grandes et lourdes fusées de lancement qui sont nécessaires pour élever dans l’espace nos missiles actuels à longue portée.

David Sarnoff, Memorandum to Vice President Richard M. Nixon June 17, 196o

 

 

Betting pool

D.1945-15

Isidor Isaac Rabi attended the Trinity test in July 1945. The scientists working on Trinity set up a betting pool on the yield of the test, with predictions ranging from total dud to 45 kilotons of TNT equivalent (kt). Rabi arrived late and found the only entry left was for 18 kilotons, which he purchased. Wearing welding goggles, he waited for the result with Ramsey and Enrico Fermi. The blast was rated at 18.6 kilotons, and Rabi won the pool.

Vierge

D.1945-13

Le souffle brûlant de la déflagration a dévasté Nagazaji ce 9 août 1945, faisant plus de 70 000 morts, a pulvérisé les vitraux et les murs de l’édifice, brûlé son autel et fait fondre sa cloche. Mais la tête d’une statue en bois de la Vierge Marie a survécu au brasier, gisant parmi les colonnes effondrées et les débris de l’église romane. L’icône a conservé les stigmates de la guerre: les yeux ont brûlé, laissant deux orbites noires, la joue droite est noircie et une fissure court le long du visage comme une larme.

Poker face

D.1945-12

Claude Robert Eatherly, qui n’avait en fait été chargé que d’apprécier les conditions météorologiques et d’évaluer les chances d’atteindre l’un des trois objectifs envisagés. Au moment de l’explosion, à 8 h 17, il était dans son avion Straight Flush (c’était un joueur de poker invétéré), à 200 miles d’Hiroshima, et volait en direction de l’île de Tinian. Aux États-Unis, son personnage inspira dans les années 1950 la légende du héros repentant dont on raconte encore aujourd’hui qu’il devint fou après avoir largué la bombe sur Hiroshima et essaya de mettre fin à ses jours avant d’être finalement interné dans un hôpital psychiatrique.

 

Ensemencer

D.2019-2

Hormis les effets désastreux sur les populations et l’environnement, les innombrables essais nucléaires effectués dans l’atmosphère pendant la guerre froide ont eu une conséquence inattendue : ils ont engendré des pluies sur plusieurs milliers de kilomètres autour des sites concernés. L’explication ? La charge électrique libérée par le rayonnement des détonations nucléaires augmente la propension des gouttelettes d’eau en suspension à se combiner entre elles pour déclencher des précipitations.

https://www.caminteresse.fr/sciences/pourquoi-les-essais-nucleaires-declenchent-des-pluies-11145533/

Beryl

D.1962-3

La montagne, sous laquelle avait été placée la bombe dans son labyrinthe de galeries en profondeur, s’était ouverte sous l’effet de l’explosion et un nuage très radioactif s’en était échappé enveloppant sous sa chape de particules irradiantes les centaines de militaires et civils présents sur les lieux face à la montagne tragique du Tan-Affela. Tous sans exception à des degrés divers furent touchés par les fuites de produits radioactifs.

Atomic Platters

D.1999-1

“Bomb songs expressed people’s political hopes and fears, their religion, and even their sexual fantasies. People boogied with the Bomb, and they prayed with the Bomb. Here is a cross-section of the best of that music, interspersed with short documentary news clips from the time. It is a reflection of an earlier, more innocent America trying to come to grips with the new atomic era. Just as important, it is a collection of seldom-heard vintage music which remains exciting and dynamic today.”

– Charles Wolfe

Uranotype

O.1857-2

Au cours de la première moitié du XIXe siècle, de nombreux sels métalliques photosensibles ont été identifiés comme candidats aux procédés photographiques , parmi lesquels le nitrate d’uranyle. Les empreintes ainsi produites étaient appelées empreintes à l’uranium ou uranotypes.

Pamlico

D.1962-3

A parachute-retarded LRL device in a MK-36 drop case. This was a test of advanced principles for achieving high-efficiency thermonuclear burn, and successfully confirmed theoretical predictions. It was said to “show the way to a new range of possibilities in high-yield design”. This was the last Christmas Island airdrop, and the third largest test of Operation Dominic. Yield-to-weight ratio was 0.934 kt/kg (but then this was an experiment, not a final weapon configuration).

https://nuclearweaponarchive.org/Usa/Tests/Dominic.html

Atom bomb rose

M.1953-1

Public Sculpture: Gabriella Hirst, Rosa floribunda “Atom Bomb” (Kordes, 1955), Iris “Cliffs of Dover” (Fry, 1952), engraved brass plaques, park benches, 2021

An English Garden was a public installation in Gunners Park, Essex. It was planted with Rosa floribunda ‘Atom Bomb’ (Kordes, 1953), a rare species of cold-war era garden rose, propagated over recent years from one of the few remaining specimens. The garden was edged by arch of white ‘Cliffs of Dover‘ Iris (Fry, 1952).

http://www.gabriellahirst.com/An-English-Garden

IL Y A 48 ANS LE 15 MAI 1970 À 10 H 00 : LA BOMBE ATOMIQUE FRANÇAISE ANDROMÈDE EXPLOSAIT À MURUROA. Ce 32ème Essai Nucléaire qui s’est déroulé sur Denise à MURUROA et dont le tir depuis un ballon placé à 560 m d’Altitude d’une puissance de 13 KT peut être suivi au travers de l’Ordre de Circonstance N° 9/70 émanant du Capitaine de Frégate DE LASSUS, Commandant le Bâtiment Base « MAURIENNE »

L’essai Pascal B dont l’astrophysicien Robert Brownlee était en charge est devenu depuis lors bien connu, puisqu’il est à l’origine de la légende urbaine qui rapporte que les Américains sont peut-être les premiers à avoir envoyé un satellite artificiel en orbite autour de la Terre, et qui s’avère être une plaque d’égout…

https://ohchouette.com/comment-une-une-plaque-degout-est-devenue-lobjet-le-plus-rapide-jamais-lance-par-lhomme/?__cf_chl_managed_tk__=pmd_7CwwpwAhG7Hkv2buf9_YCtfy9FFH.wgE9aiJjRDlBw8-1632082595-0-gqNtZGzNAyWjcnBszRIR

 

Le principe

O.2015-2

“Le principe” de Jérôme Ferrari : Heisenberg, de la science à la bombe

Dans “Le principe” (Actes Sud), Jérôme Ferrari, Prix Goncourt 2012, se penche sur la figure du physicien Werner Heisenberg, inventeur de la mécanique quantique, puis artisan involontaire de la fabrication de la bombe atomique. C’est par la voix d’un jeune philosophe que se profile la destinée du scientifique, et que, du “principe d’incertitude” à l’horreur d’Hiroshima, s’expriment les questions.

Quatre bombes

D.2021-1
Dans le Haut-Rhin, les policiers ont été prévenus par le centre de formation fréquenté par ce jeune homme souffrant de troubles psychiatriques

Un homme de 26 ans présentant des troubles psychiatriques a été interpellé et mis en examen après la découverte de bombes artisanales contenant de l’uranium à Rouffach (Haut-Rhin), selon des sources concordantes, confirmant une information du Canard enchaîné. Les forces de l’ordre ont été prévenues par un appel provenant du centre de formation où est scolarisé le jeune homme, qui avait montré à ses camarades ses vidéos de préparation d’explosifs.

Reggane

P.1966-3

C’est un des enjeux majeurs de la réconciliation des mémoires entre la France et l’Algérie. Un sujet resté longtemps enterré dans les sables du Sahara : la pollution du Sud algérien par les essais nucléaires français. Plus de cinquante ans après le dernier essai en 1966, Alger vient de créer une agence pour la réhabilitation des sites des anciens essais nucléaires.

Manhattan

D.1945-5

Nouveau-Mexique, 1943. D’éminents scientifiques conçoivent l’arme qui réduira en cendres Hiroshima, dans le plus grand secret et la plus grande paranoïa. “Manhattan” décrit avec justesse cette vie en vase clos. Explosif.

Green

D.1995-1

Gregory Green is an artist who constructs nuclear bombs. Not sculptures, actual bombs. He has done seven to date, based on the design of the earliest atomic weapons including Little Boy, the bomb dropped on Hiroshima. “Two were looked at by nuclear physicists,” says Green, “and they’ve said they would work. My experience is that… Lire la suite Green

Wilbure M. Smith

D.1948-1

En 1948, l’enseignant américain Wilbur M. Smith publie le livre This Atomic Age and the Word of God , dans lequel il cherche à établir un lien étroit entre l’ère atomique actuelle et la Parole de Dieu . Le texte que Smith a pris comme référence était la Deuxième Lettre de Pierre , contenue dans le Nouveau Testament , versets 3: 10-18. Il voulait y retracer des… Lire la suite Wilbure M. Smith

Doctor Atomic is an opera composed by John Adams with a libretto by Peter Sellars. The opera, which premiered in 2005, takes place in the weeks leading up to the Trinity Test, the first-ever detonation of a nuclear weapon. J. Robert Oppenheimer, director of the Los Alamos Laboratory, is the central character of the opera. Other historical figures involved in… Lire la suite Doctor Atomic

Ed Westcott (James Edward Westcott), in official capacity as photographer employed by the US government. — http://www.dpi.anl.gov/dpi2/ph_gallery/pic11s.htm Also obtainable from U.S. Department of Energy; http://www.cfo.doe.gov/me70/manhattan/images/Y12AlphaVeryLarge.jpg Alpha Track Calutron at the Y-12 Plant at Oak Ridge, Tennessee from the Manhattan Project, used for uranium enrichment by electromagnetic separation process. See http://www.cfo.doe.gov/me70/manhattan/alpha_racetrack.htm for additional information.

Sérigraphie

D.1965-2

WARHOL Andy (1928-1987), Atomic Bomb, 1965, sérigraphie et acrylique sur toile, 263,6×203,9 cm, Londres, Collection Saatchi. Nicolas Bourriaud: «La sérialité du Pop n’est pas uniquement une traduction de la production de masse, mais aussi celle de la réaction en chaîne de l’explosion atomique, l’image d’un monde décomposable à l’infini par la fission nucléaire.» https://www.slate.fr/story/48667/art-nuage-atomique?amp

Hiroshima ARTIST Janet Sobel (1894 – 1968) DATE ca. 1948 DIMENSIONS 59 1/2 x 39 1/2 in. (151.1 x 100.3 cm)Framed: 62 1/2 in. × 42 1/2 in. × 2 in. MEDIUM Oil and enamel on canvas CREDIT LINE Crystal Bridges Museum of American Art, Bentonville, Arkansas, 2011.10 STATUS Exposé ACCESSION NUMBER 2011.10   https://collection.crystalbridges.org/objects/1551/hiroshima 

Coraux

M.2017-2

Les cratères laissés par les tests nucléaires de l’atoll de Bikini sont contaminés par la radioactivité et pourtant des coraux y prospèrent sans problème. Des biologistes marins veulent percer le secret de cette résistance en espérant y trouver de nouvelles armes contre le cancer. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, cet atoll est tristement célèbre… Lire la suite Coraux

Les missiles, les armes nucléaires sont autodestructives. De l’art autodestructeur. Larguer des bombes H. Pas intéressé par les ruines (pittoresque), l’art autodestructeur réactive l’obsession de la destruction, le martèlement auquel les individus et les masses sont soumis. L’art autodestructeur présente le pouvoir qu’a l’homme d’accélérer les processus de désintégration de la nature et de les ordonner. L’art autodestructeur reflète le perfectionnisme compulsif de la fabrication d’armes — le polissage jusqu’au point de destruction. L’art autodestructeur est la transformation de la technologie en art public.

Gustav Metzger, Manifesto Auto-Destructive Art, 1960

Godzilla

M.1954-2

Godzilla est l’un des monstres les plus connus du cinéma. Dès sa conception, en 1954, Godzilla se voulait une métaphore de la crainte de l’arme nucléaire. Sa première apparition était une réponse directe à un grave accident qui a secoué la population japonaise en 1954. L’explosion de la première bombe H dans le Pacifique.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1173673/godzilla-monstre-taille-craintes-films-culture-angoisse-depenses-militaires-science

Mound Laboratories in Miamisburg, Ohio was an Atomic Energy Commission (later Department of Energy) facility for nuclear weapon research during the Cold War, named after the nearby Miami Indian burial mound. The laboratory grew out of the World War II era Dayton Project (a site within the Manhattan Project) where the neutron generating triggers for the first plutonium bombs were developed. Post-war construction of a permanent site for Dayton Project activities began in… Lire la suite Mound

Quelques semaines après, on vit apparaître des traces sur le sol. Le flash de lumière et de chaleur dû aux rayonnements thermiques avait décoloré le béton et rendu visibles les ombres portées sur le sol. Là, un homme présent au moment du drame, ici une échelle, une vanne ou les pylônes dun pont, qui avaient en quelque sorte « protégé » le mur des dommages causés par la bombe.

http://www.ac-grenoble.fr/college/sand.la-motte servolex/spip31/IMG/pdf/fiche_repere_hiroshima_yves_klein-2-2.pdf

Calutron

D.1943-1

14 700 tonnes d’argent prélevées dans les coffres du gouvernement américain ont été nécessaires pour fabriquer les énormes bobines électromagnétiques de l’usine de séparation isotopique d’Oak Ridge. Les employés travaillent sans le savoir à la production de l’uranium des premières bombes atomiques.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Calutron