Vierge

D.1945-13

Le souffle brûlant de la déflagration a dévasté Nagazaji ce 9 août 1945, faisant plus de 70 000 morts, a pulvérisé les vitraux et les murs de l’édifice, brûlé son autel et fait fondre sa cloche. Mais la tête d’une statue en bois de la Vierge Marie a survécu au brasier, gisant parmi les colonnes effondrées et les débris de l’église romane. L’icône a conservé les stigmates de la guerre: les yeux ont brûlé, laissant deux orbites noires, la joue droite est noircie et une fissure court le long du visage comme une larme.

Le souffle brûlant de la déflagration a dévasté ce 9 août 1945, faisant plus de 70 000 morts, a pulvérisé les vitraux et les murs de l’édifice, brûlé son autel et fait fondre sa cloche. Le père Kaemon Noguchi entre dans les ruines de la cathédrale pour y prier. Après plus d’une heure de fouille parmi les débris, il s’accroupit, prie à nouveau et remarque un buste en bois, les yeux brûlés, la joue droite noircie et une fissure ressemblant à une larme le long du visage. La réplique en bois d’une de Murillo a résisté au flammes.

https://www.ledevoir.com/societe/293992/la-vierge-marie-atomisee-du--est-devenue-un-symbole-de-

http://archivesgamma.fr/2022/05/04/vierge