Vela 6911

D.1979-3

Le 22 septembre 1979 vers 00h53 GMT, le satellite Vela 6911 détecte le double éclair caractéristique d’une explosion nucléaire atmosphérique apparemment au-dessus de l’océan Indien ou de l’Atlantique Sud. Étant donné que ce satellite fonctionnait au-delà de sa durée de vie prévue et des questions sur la fiabilité de la détection ont été soulevées. Le panel a finalement conclu dans un rapport publié à l’été 1980 que le signal ” ne provenait probablement pas d’une explosion nucléaire. Bien que nous ne puissions pas exclure que ce signal soit d’origine nucléaire”. Cette conclusion a jeté une ombre sur la confiance du public dans la capacité des États-Unis à détecter sans ambiguïté les explosions nucléaires clandestines depuis plus de vingt ans. Après des années de recherches, il semblerait que cet essai puisse être Sud-Africain et ou Israélien.

Le 22 septembre 1979 vers 00h53 GMT, le satellite 6911 détecte le double éclair caractéristique d’une explosion nucléaire atmosphérique apparemment au-dessus de l’océan Indien ou de l’Atlantique Sud. L’emplacement du a ensuite été localisé à 47 degrés. S, 40 degrés. E dans l’océan Indien, à proximité de l’île du Prince Édouard en Afrique du Sud, par des données hydroacoustiques. En raison de l’ambiguïté de la position de la détection initiale (les capteurs optiques Vela n’étaient pas des capteurs d’imagerie et ne pouvaient pas détecter l’emplacement), l’emplacement est diversement décrit comme étant dans l’océan Indien ou l’Atlantique Sud. Les caractéristiques de la courbe de lumière indiquent qu’il s’agit d’une explosion de faible kilotonne (environ 3 kt). Le signal hydroacoustique indiquait une explosion à basse altitude. Une controverse majeure et persistante a éclaté sur l’interprétation de cette détection apparente.

Le programme de satellite Vela était un système de détection de détonation nucléaire (NUDET) mis en place après l’interdiction des essais limités de 1963 et a été conçu pour détecter les explosions nucléaires dans l’espace et (plus tard) dans l’air. Deux groupes de satellites Vela ont été développés. Les Vela d’origine n’étaient équipés que de capteurs pour la détection spatiale et ont été lancés en trois paires entre 1963 et 1965. Ils ont fonctionné pendant au moins cinq ans, bien au-delà de leur durée de vie nominale de six mois. Une deuxième génération appelée Advanced Vela a été lancée en 1967, 1969 et 1970. Ces satellites ont ajouté des “bahngmètres” – des capteurs optiques pour détecter les tests atmosphériques – et avaient une durée de vie nominale de 18 mois, mais ont ensuite été évalués avec une durée de vie de sept ans, bien que ils ont tous été opérés pendant plus de dix ans.

Vela 6911 est vraisemblablement l’un des lancements de la paire Advanced Vela lancée le 23 mai 1969 (périgée 77 081 km, apogée 145 637 km, inclinaison 61,6 degrés), et fonctionnait donc depuis plus de dix ans au moment de la détection de 1979.

Le système satellitaire Vela avait précédemment effectué 41 détections similaires de tests atmosphériques, dont chacune avait été confirmée par la suite par d’autres moyens. La détection est arrivée à un mauvais moment pour l’administration Carter qui serait sous pression pour prendre des mesures définitives si la détection était acceptée comme précise. Inévitablement, il semblait qu’Israël, l’Afrique du Sud ou les deux seraient impliqués. Par conséquent, un panel de scientifiques universitaires connu sous le nom de Ruina Panel, du nom de son chef, le Dr Jack Ruina, a été créé pour examiner la fiabilité des données de Vela. Étant donné que ce satellite fonctionnait au-delà de sa durée de vie prévue et que son capteur d’impulsions électromagnétiques (EMP) était inopérant, des questions sur la fiabilité de la détection ont été soulevées. Le panel a finalement conclu dans un rapport publié à l’été 1980 que le signal ” ne provenait probablement pas d’une explosion nucléaire. Bien que nous ne puissions pas exclure que ce signal soit d’origine nucléaire”.

Cette conclusion a jeté une ombre sur la du public dans la capacité des États-Unis à détecter sans ambiguïté les explosions nucléaires clandestines depuis plus de vingt ans.

[…]

le commodore Dieter Gerhardt, un espion soviétique condamné qui était à l’époque le commandant de la base navale de Simonstown près du Cap. Après cette sortie de prison, Gerhardt s’installe en Suisse. En février 1994, il a déclaré à Des Blow du Johannesburg City Press que le flash avait été produit par un test israélo-sud-africain dont le nom de code était “Operation Phenix”. Gerhardt, qui a déclaré qu’il n’était pas encore prêt à révéler tous les faits, a déclaré que bien qu’il n’ait pas été directement impliqué dans la planification ou la réalisation de l’opération, il l’avait appris officieusement.

Gerhardt a été cité dans le City Press du 20 février 1994 : “L’explosion était propre et n’était pas censée être détectée. Mais ils n’étaient pas aussi intelligents qu’ils le pensaient, et le temps a changé – donc les Américains ont pu le détecter.”

Gerhardt ’a dit dans une interview en mars qu’aucun navire sud-africain n’était impliqué dans l’événement. Il a refusé de fournir plus de détails.”

[Albright 1994b; p. 42] .

Il est impossible d’évaluer si le récit de Dieter Gerhard est fondé sur des faits. Certaines parties de ses déclarations sont intéressantes. L’affirmation selon laquelle “l’explosion était propre…” suggère qu’il s’agissait d’une bombe à neutrons (qui a déjà été alléguée à propos de cet événement) qui est le seul type d’appareil à faible rendement à avoir réduit les retombées. Sa déclaration selon laquelle les changements de conditions météorologiques ont causé sa détection est intéressante, car une détection concluante par ce moyen n’a jamais été rendue publique – le rapport australien sur les retombées (et un rapport néo-zélandais avant lui) ont tous deux fait l’objet de controverses. De son propre aveu bien sûr, il n’avait aucun lien direct avec le projet.

Tout un émoi a éclaté en 1997 lorsque, dans un article du 20 avril 1997 paru dans le quotidien israélien Ha’aretz , le vice-ministre sud-africain des Affaires étrangères, Aziz Pahad, a été cité comme confirmant que l’éclair du 22 septembre 1979 au-dessus de l’océan Indien provenait bien d’un sud nucléaire africain. L’article disait qu’Israël avait aidé l’Afrique du Sud à développer ses modèles de bombes en échange de 550 d’uranium brut et d’autres formes d’assistance.

https://nuclearweaponarchive.org/Safrica/Vela.html

 

http://archivesgamma.fr/2022/03/21/operation-phenix