Projet E-3

O.1958_10

La première proposition de programme a été faite par Keldysh et a servi de base aux travaux ultérieurs. Le premier projet reçut la désignation E-1 et avait pour but de toucher la Lune, les deuxième [et troisième projets] furent appelés E-2 [et E-3] et prévoyaient un “survol” de la Lune pour prendre des photos de la face cachée, et le troisième [quatrième] – E-3 [E-4] – avait pour but d’atteindre la Lune et de faire exploser une charge nucléaire à sa surface.

La formulation des plans soviétiques pour la conquête de la Lune a commencé par une lettre que Sergei Pavlovich Korolev et Mstislav Vsyevolodovich Keldysh ont envoyée le 28 janvier 1958 au Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique. Dans cette lettre, deux points principaux du programme lunaire étaient définis : l’impact lunaire et un vol autour de la lune pour photographier sa face cachée. Ce programme est approuvé par le premier secrétaire du parti, N.S. Chrustjev, qui s’intéresse à l’aspect politique de l’exploration spatiale, et sa mise en œuvre peut commencer.

La première proposition de programme a été faite par Keldysh et a servi de base aux travaux ultérieurs. Le premier projet reçut la désignation E-1 et avait pour but de toucher la Lune, les deuxième [et troisième projets] furent appelés E-2 [et E-3] et prévoyaient un “survol” de la Lune pour prendre des photos de la face cachée, et le troisième [quatrième] – E-3 [E-4] – avait pour but d’atteindre la Lune et de faire exploser une charge nucléaire à sa surface. Il y a eu d’autres idées, mais dans cet article, je souhaite me concentrer sur le projet E-3 [E-4] comme étant le plus exotique et, heureusement, annulé. Le récit suivant vous expliquera pourquoi j’ai choisi le mot “heureusement” !

Comme tous les autres projets, la proposition d’explosion nucléaire à la surface de la Lune émanait du cercle des académiciens. Son initiateur était le célèbre physicien nucléaire soviétique Jakov Borisovich Seldovich. L’objectif premier du projet était de prouver au monde entier qu’un vaisseau spatial soviétique avait réellement atteint la surface de la Lune. Seldovich avait en tête les éléments suivants : Le vaisseau spatial serait en lui-même très petit et son vol vers la Lune ne pourrait être observé par aucun astronome sur terre. Même s’il était rempli d’explosifs conventionnels, sa chute sur la surface lunaire ne pourrait pas être observée depuis la Terre. En revanche, si un engin nucléaire explosait à la surface de la Lune, le monde entier pourrait observer l’événement et personne ne pourrait poser la question : un vaisseau spatial soviétique a-t-il vraiment atteint la Lune ? On a supposé qu’une explosion nucléaire sur la Lune serait accompagnée d’un tel flash lumineux qu’elle serait facilement observable par tous les observatoires de la Terre.

Malgré le nombre d’opposants à un tel projet, celui-ci a été étudié en détail, comme les autres propositions. L’OKB-1 (S.P Korolev) a même fabriqué une du vaisseau spatial. Ses dimensions et sa masse ont été déterminées par des physiciens nucléaires qui se sont basés sur les conceptions d’armes nucléaires plutôt inefficaces de l’époque. Le conteneur contenant la charge nucléaire devait être équipé de tiges d’amorçage dans toutes les directions, à la manière d’une mine anti-navires, afin de garantir une explosion au moment du contact avec la surface de la Lune.

Heureusement, le projet n’a jamais dépassé le stade de la maquette. Dès le stade initial du projet, les questions de sécurité liées à un tel vol ont été soulevées. Personne ne pouvait garantir à 100 % que la charge serait acheminée en toute sécurité sur la Lune. Si la fusée porteuse tombait en panne au cours du premier ou du deuxième étage, le conteneur contenant la charge nucléaire tomberait sur le territoire de l’Union soviétique. En cas de défaillance du troisième étage, la charge pourrait tomber sur le territoire d’autres pays, ce qui provoquerait un incident international hautement indésirable. En outre, la charge pourrait se retrouver en orbite terrestre, d’où elle tomberait à un moment et dans un laps de temps que personne ne peut prédire. Manquer la Lune et envoyer la charge dans un voyage infini autour du Soleil était également une idée désagréable.

Il y a aussi un problème d’organisation et de politique. Pour que l’explosion puisse être observée par des observatoires étrangers, ceux-ci doivent être prévenus à l’avance. Personne n’a pu trouver la méthode pour y parvenir. Finalement, il a été décidé d’abandonner le projet E-3 [E-4]. L’initiative en revient à l’académicien Seldovich lui-même.

http://www.svengrahn.pp.se/histind/E3/E3orig.htm 

 

http://archivesgamma.fr/2023/04/24/projet-e-4