Bal

Présente dans l’exposition En Suspens avec la vidéo “Go Get Lost !” (2018), revient sur l’ensemble de son travail qui prend pour point d’ancrage le Japon après la catastrophe nucléaire.

“Mon travail s’articule autour d’une question à la fois archaïque et éminemment contemporaine, celle de la fin du monde humain, et questionne la possibilité de sa représentation cinématographique. Il part d’un évènement concret à venir, la construction d’une ville japonaise, Omega, dans le sud de l’Inde, et s’attache aux fantasmes et projections qu’il suscite. La première interprétation de cet évènement, lue dans les journaux aux lendemains de la catastrophe Fukushima, en fait un pour l’élite japonaise, en cas d’une catastrophe, capable d’entraîner la disparition du Japon.”

Avec Sophie Houdart, anthropologue, spécialiste du Japon, et complice au sein du collectif Call it anything, elles abordent comment, dans un discontinu, écriture, cinématographie et enquête peuvent donner formes sensibles à une réalité vacillante.

https://www.le-bal.fr/2018/01/refuge-fukushima

http://archivesgamma.fr/2018/02/15/bal