Guinevere

M.2012-1

Guinevere est un réacteur expérimental capable de réaliser le rêve des alchimistes : la transmutation. Sa source tient dans une armoire, son mini-cœur fait 2 mètres de haut, son accélérateur un mètre de long. Il est fait pour casser un noyau lourd en deux parties moins radioactives. Le prénom Guinevere, issu du gallois Gwenhwyfar, est composé des mots gwen, « blanc, lumineux, saint » et hwyfar « tendre, doux », ou « fantôme, esprit, fée ».

Fabrice Nodé-Langlois, Le Figaro, 11 janvier 2012

«Une première mondiale.» C’est en ces termes que le a présenté jeudi les premiers pas de Guinevere, un réacteur nucléaire expérimental capable de réaliser le rêve des alchimistes: la transmutation. La technique consiste à casser le noyau lourd d’un élément, qui reste radiotoxique pendant des centaines de milliers d’années, en deux noyaux plus légers, qui perdront leur radioactivité en quelques siècles «seulement». Le principe physique à l’œuvre est le même que dans la fission nuclé­aire des réacteurs d’EDF sauf que, pour scinder des noyaux d’éléments comme le plutonium, le neptunium, l’américium ou le curium, il faut les bombarder avec des neutrons plus rapides que dans une classique.

Le prototype Guinevere, construit à Mol, en Belgique, dans le cadre d’une coopération entre le Centre d’étude de l’énergie nucléaire belge (SCK.CEN), le et le CEA, est constitué d’un accélérateur de qui génère des neutrons rapides. Ces particules bombardent le cœur du réacteur dont le combustible, au lieu d’être de l’uranium comme dans les centrales classiques, est remplacé par des radioactifs à vie longue. Pour éviter l’emballement d’un cœur composé d’un tel cocktail, Guinevere fonctionne en mode sous-critique. C’est-à-dire que pour stopper la réaction nucléaire en une fraction de seconde, il suffit d’arrêter l’accélérateur de particules, alors que cette réaction s’autoentretient dans un réacteur classique.

Avec son accélérateur d’un mètre de long, sa source qui tient dans une armoire et son minicœur de 2 mètres de hauteur, Guinevere n’est encore qu’une maquette, d’un coût total de 10 millions d’euros.

 Fabrice Nodé-Langlois, Le Figaro, Publié le 11 janvier 2012 à 19:42, mis à jour le 11 janvier 2012 à 20:30
Le prénom Guenièvre est, de manière ultime, issu du gallois Gwenhwyfar. Il s’agit d’un composé des mots gallois gwen, gwyn « blanc, lumineux, saint » et hwyfar qui signifie soit « tendre, doux », soit « fantôme, esprit, fée ». Il est apparenté au vieil irlandais Findabair, du proto celtique *windo- « blanc, clair, saint » et *sēbarā, « être magique » (apparenté au vieil irlandais síabair, « spectre, fantôme, être surnaturel » [habituellement au sens péjoratif])

http://archivesgamma.fr/2012/01/11/guinevere