Pierre Rousseau

A.1945-5
« Un jour, soit en frottant deux morceaux de bois, soit en frappant l’un contre l’autre deux silex, soit encore en maîtrisant un incendie déclenché par la foudre, les hommes conquirent le feu. Cette conquête du feu, c’était la possibilité de cuire le pain, de fondre les métaux, de fabriquer des outils de bronze, de cuivre, de fer ; c’était la machine à vapeur, le à explosion, l’auto, l’avion. C’est cet âge de fer qui vient de prendre fin, alors que se lèvent les premières lueurs de l’âge de l’énergie atomique. De cet âge, nous ne savons encore strictement rien, sinon qu’il n’admet aucune mesure avec le précédent. Il aura ses machines, qui n’auront aucune ressemblance avec les nôtres, sa structure sociale qui diffèrera sans doute radicalement de celle qu’entrevoient nos sociologues les plus hardis ; probablement même introduira-t-il des formes nouvelles dans le domaine de la pensée abstraite, et les écrivains, les artistes de l’âge de l’atome devront-ils puiser leur inspiration dans une tout autre direction que ne le font nos contemporains. »
Pierre Rousseau, Histoire de la science, “La révolution atomique” , Fayard, Paris, 1945.

http://archivesgamma.fr/1945/01/27/pierre-rousseau