Borgne manchot

O.1986-2

La découverte de la théorie des hétéronymes de Fernando Pessoa va lui permettre de dépasser les contradictions propres à sa pratique picturale, notamment celle de l’hétérogénéité. Ainsi l’artiste associe-t-il au nombre de combinaisons qu’offrent les lettres d’un nom, le nombre de possibilités formelles qu’offre l’abstraction. En 1988-89, il rédige un texte programmatique présentant le travail de quatre artistes dont les noms ne sont autres que les anagrammes de son propre nom. Les six séries élaborées alors par l’artiste (dont Tchernobyl, Les Trois du Cap et Boat People) peuvent sembler contradictoires tant leurs formes paraissent hétéroclites. Pourtant, réalisées les unes en regard des autres, elles sont animées par les mêmes préoccupations picturales, notamment la mise à distance des affects par la mise à distance des savoirs techniques. La série Tchernobyl (1986-90) est peinte de la main droite (Noël Dolla est gaucher), l’œil gauche caché. Tel un borgne manchot, l’artiste se trouve en difficulté par rapport aux savoirs et habitudes techniques, provoquant l’écart nécessaire entre le titre de l’oeuvre et l’inquiétante étrangeté de la matière picturale.

Le début des années quatre-vingts est marqué par le retour de la peinture figurative, du retour du refoulé pictural, dans lequel refuse de s’inscrire. Il prend alors le risque d’un retrait radical de la scène artistique. Durant les années 1986-1990, l’artiste mène de concert une réflexion sur le médium, la représentation au sein même de la peinture abstraite et la nécessité d’un style identifiable imposé par le marché. La découverte de la théorie des hétéronymes de Fernando Pessoa va lui permettre de dépasser les contradictions propres à sa pratique picturale, notamment celle de l’hétérogénéité. Ainsi l’artiste associe-t-il au nombre de combinaisons qu’offrent les lettres d’un nom, le nombre de possibilités formelles qu’offre l’abstraction. En 1988-89, il rédige un texte programmatique présentant le travail de quatre artistes dont les noms ne sont autres que les anagrammes de son propre nom. Les six séries élaborées alors par l’artiste (dont Tchernobyl, Les Trois du Cap et Boat People) peuvent sembler contradictoires tant leurs formes paraissent hétéroclites. Pourtant, réalisées les unes en regard des autres, elles sont animées par les mêmes préoccupations picturales, notamment la mise à distance des affects par la mise à distance des savoirs techniques. La série Tchernobyl (1986-90) est peinte de la main droite (Noël Dolla est gaucher), l’œil gauche caché. Tel un borgne manchot, l’artiste se trouve en difficulté par rapport aux savoirs et habitudes techniques, provoquant l’écart nécessaire entre le titre de l’oeuvre et l’inquiétante étrangeté de la matière picturale.

http://www.documentsdartistes.org/artistes/dolla/rep-antoine.html

 

Pour finir, une phrase que vous avez dit à plusieurs reprises et qui ’interroge : « l’abstraction ne soigne de rien. » 

Pour te répondre il faut que je prenne une , parce que ça, ça me soigne (rires). C’est une chose que j’ai écrite en 1986 au moment où j’ai appris que mes deux jeunes frères avaient le sida et que j’ai peint la série Tchernobyl. Pour ne pas retourner au face à face avec le tableau et la figure, j’ai inventé le peintre « borgne manchot » en fait je peignais ces tableaux avec ma main droite alors que je suis gaucher, et avec en plus l’oeil gauche fermé. Je perdais donc d’un côté la perspective mais  aussi le savoir académique de ma main gauche. Ça n’a pas vraiment marché bien longtemps, toujours ma main gauche voulait reprendre le contrôle. Moi qui m’était toujours considéré comme un peintre abstrait, je me suis aperçu à ce moment que j’avais besoin de la violence de l’expression. J’avais besoin de peindre cela avec toute la brutalité que j’avais en moi car à l’époque si l’on t’annonçait que tu avais le sida tu étais condamné à mort. C’est donc à moment que j’ai écrit cette phrase et que j’ai ressenti cela: « l’abstraction ne soigne de rien. ».

Dialogue conduit par Léolo

avec l’aide de Mathieu Morel

retranscrit par Adrien Socha

: 1986
Acrylique et tarlatane sur bois,
201 x 93 cm (x 3) cm.
Cottrell-Lovett Collection – N-Y

http://archivesgamma.fr/2022/05/03/borgne-manchot