Unesco

La région minière des Monts métallifères (Erzgebirge/Krušnohoři), commune à l’Allemagne et à la République tchèque, revêt un caractère exceptionnel. Exploitée depuis plus de 800 ans pour ses minerais polymétalliques (argent, cuivre, cobalt, nickel, plomb, etc.), elle a été la première à ouvrir un site d’extraction de l’uranium. Cette production a été utilisée localement avec, en 1906, l’ouverture d’une station thermale, mais elle a surtout contribué à édifier la puissance nucléaire soviétique de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1990. Sa valeur culturelle repose donc à la fois sur son histoire technique, sur son importance politique et géostratégique et sur son histoire sociale. La politique de démolition systématiquement mise en œuvre après la fermeture des a laissé peu de sites intacts : ce qui reste forme, avec de nombreux édifices à usages administratifs, culturels ou sociaux, un ensemble unique dont l’inscription sur la liste du patrimoine de l’humanité est proposée par les deux pays à l’UNESCO.

Helmuth Albrecht, “Le patrimoine des d’uranium dans les monts métallifères d’Allemagne et de tchéquie” , dans Entreprises et histoire 2017/2 (n° 87), pages 88 à 106

Image : Waste rock dump at in 1990

http://archivesgamma.fr/2017/09/09/unesco