Wismut

L’une des priorités consiste à éliminer les risques de contamination radioactives qui, dans certaines parties des 1 500 km2 affectés par l’exploitation de l’uranium en Saxe et en Thuringe, atteignent des valeurs critiques. De nombreux terrils contenaient jusqu’à 10% de l’uranium extraits, ainsi que du , alors qu’ils se trouvaient à proximité des habitations. Une autre source importante de contamination était constituée par les puits d’aération des galeries de mines, lieu de propagation du radon qui ont rendu nécessaire de réaliser rapidement les travaux d’assainissement des 56 puits de mine et des 1 400 km de galeries descendant jusqu’à près de 1 800 m de profondeur.

Il a fallu aussi procédé au traitement des 48 grands terrils pour la Wismut GmbH a adopté deux stratégies différentes. Il s’agit d’une part, de l’arasement des terrils et de l’utilisation de leurs matériels pour combler les exploitation à ciel ouvert comme l’immense excavation de Lichtenberg à . Lorsque pour des raisons techniques il n’était pas possible d’araser les terrils, ceux-ci ont subi un traitement in-situ avec reprofilage des pentes et couverture par une couche de sol organique végétalisée. 

En quelques années, de nouveaux paysages ont été crées à l’emplacement des sinistres friches minières laissées par l’exploitations de l’uranium. Le paysage minier chaotique des vallées du Schlema et de la Zwickauer Mulde s’est ainsi déjà en grande partie métamorphosé en versant et collines verdoyantes que bientôt plus rien ne semblera différencier du cadre . La ville de Schlema a retrouvé un attrait et depuis 1993 et la réouverture des anciens bains au radium, l’activité thermale qui avait la prospérité de la ville dans l’entre deux guerre a été relancée. Un magnifique parc thermal a été aménagé à l’emplacement de l’ancienne station détruite par les affaissement minier et avec l’ouverture du nouvel établissement thermal en 1998, la ville a renoué brillamment avec son passé. 

Le paysage de la région de Ronnburg a aussi été métamorphosé, l’EXPO 2000 à Hanovre constituant un accélérateur pour les travaux de réhabilitation. Une autre étape décisive dans le projet de revitalisation du paysage de succession minière a été marqué par l’exposition fédérale des jardins qui s’est tenue en 2007 à Gera-Ronneburg. Les derniers terrils et les bassins de décantation  on disparu du paysage. A l’emplacement de l’ancienne exploitation à ciel ouvert de Lichtenberg s’élève désormais une colline en cours de boisement. C’est ainsi qu’a été véritablement construit un nouveau paysage, ” Neue Landschaft Ronneburg”. Mis à part un unique chevalement et quelques bâtiment, il ne reste pratiquement plus aucun témoin visible du passé minier désormais complètement effacé.

Michel Deshaies, “Les nouveaux paysages des bassins miniers dans les nouveaux Länder”, Bulletin de l’Association de Géographes Français  Année 2011  88-2  pp. 209-222

http://archivesgamma.fr/2000/01/09/wismut