Sillicium dopé

P.1964-1

La technique de production des semi-conducteurs et des transistors est, on le sait, en pleine évolution, et c’est à qui mettra au point de nouvelles méthodes permettant d’améliorer la fabrication, de diminuer son coût et d’ouvrir de nouvelles perspectives. Cette tendance vient de nouveau d’être illustrée par les travaux de deux chercheurs américains qui suggèrent, pour introduire dans certains corps les ” impuretés ” qui en feront des semi-conducteurs, de faire appel aux possibilités offertes par l’irradiation.

Le Monde, JEAN-LOUIS LAVALLARD, Publié le 14 mai 1964 à 00h00 

L’effet photovoltaïque est connu depuis 1839 grâce au physicien français , la première cellule solaire n’a été construite qu’en 1883 par Charles Fritts, qui l’a réalisée en recouvrant un échantillon de semi-conducteur d’une feuille d’or pour former la connexion (ce dispositif n’avait qu’un rendement de 1 %), ce n’est qu’en 1946 que Russell Ohl a breveté la première cellule solaire moderne, Quelques années plus tard, en 1954, les Laboratoires Bell découvrent accidentellement que les semi-conducteurs en silicium dopés avec certaines impuretés sont très sensibles à la lumière, ce qui conduit à la production d’un panneau dont l’efficacité est d’environ 6%.

https://www.negocioscontralaobsolescencia.com/tecnologia/la-apasionante-aventura-de-mantener-con-vida-un-satelite-3era-parte

L’informatique, les éoliennes, les panneaux solaires, les trains à grande vitesse, les voitures hybrides : tous utilisent du silicium dans leurs circuits électroniques. Le silicium est le système de transport idéal pour les applications à forte puissance électrique : il permet un transport efficace de l’électricité sur de très longues distances. C’est précisément pour cette raison qu’on le trouve dans les panneaux solaires, les éoliennes, les trains à grande vitesse et les véhicules hybrides.

Pour faire du silicium un semi-conducteur idéal, il faut que celui-ci soit « dopé ». Et pour cela, vous avez besoin d’un réacteur nucléaire, comme le réacteur de recherche BR2 du SCK•CEN (Centre belge de recherche nucléaire) à Mol. En d’autres termes : sans la technologie nucléaire, il n’y a pas de semi-conducteurs, et sans semi-conducteurs, il n’y a pas de moulins à vent, de panneaux solaires, de trains à grande vitesse ou de voitures hybrides.

https://www.forumnucleaire.be/theme/innovation/le-silicium-dope-le-quoi-le-pourquoi-et-le-comment

Le dopage par transmutation est réalisé dans un réacteur nucléaire expérimental. Le dopant est obtenu par réaction de capture de l’ 30Si (présent à environ 3 % dans le silicium). L’isotope 31Si ainsi créé décroit ensuite vers le 31P par radioactivité β-. Un dopant de Phosphore (dopage “N”) est ainsi introduit de façon très précise dans le réseau cristallin et assure ainsi une homogénéité inégalée.

Les semi-conducteurs ainsi créés sont employés dans les applications d’électronique de puissance notamment les commandes de moteurs électriques de tramway, de TGV ou encore de voitures électriques/hybrides.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dopage_(semi-conducteur)

 

: Croissance localisée de SiC dopé de type p par transport VLS

Thèse CEA de 1965 : EFFET DU y DU COBALT 60 ET DES NEUTRONS THERMIQUES SUR DU SICILIUM P ET N DE HAUTE RÉSISTIVITÉ.
POSSIBILITÉ DE RÉALISER UNE COMPENSATION NUCLÉAIRE D’UN SILICIUM
DE TYPE P.

https://www.osti.gov/etdeweb/servlets/purl/20598741

http://archivesgamma.fr/2022/03/21/sillicium-dope