Graaff

A.1929-1

Intéressé par les récentes avancées de la science dans le domaine de la physique nucléaire, Van de Graaff élabore durant le printemps 1929 le premier prototype d’un dispositif pour générer les hautes tensions nécessaires aux accélérateurs de particules. Durant plusieurs années, il améliore le concept et le présente en novembre 1931 devant les membres de l’American Institute of Physics. Cette version du générateur produit une tension de plus d’un million de volts. En son hommage, on a donné son nom au cratère Van de Graaff sur la face cachée de la Lune en 1970.

Robert Van de Graaf (1901-1967) reçut une bourse Rhodes en 1925 lui permettant d’aller passer 4 ans à Oxford où il reçut son doctorat en 1928. Il y entendait parler des idées du groupe de Rutherford à Cambridge pour accélérer des à des énergies suffisantes pour désintégrer des noyaux. À son retour aux États-Unis en 1929 avec une bourse de la NSF, il se lança à Princeton, au Palmer Laboratory, dans la construction d’une machine capable de générer de grandes différences de potentiel. À l’automne 1929, son premier prototype engendrait une différence de potentiel de 80 kV entre deux sphères métalliques:

Améliorant progressivement son modèle, Robert parvint à 1 MV en novembre 1931. Cette année là, Karl Compton (le frère aîné d’Arthur Compton) devint président du MIT et il invita Van de Graaf à rejoindre le MIT comme associé de recherche. Il y construisit sa première grande machine formée de deux sphères de 5 m de diamètre placées sur des pylônes isolants de 8 m de hauteur et 2 m de diamètre. Elle entra en fonctionnement le 28 novembre 1933 et elle atteignit 7 MV. En son hommage, on a donné son nom au cratère Van de Graaff sur la face cachée de la Lune en 1970.

Accélérateurs

http://archivesgamma.fr/2022/03/19/graaff