1 MeV

A.1928-1

Sous l’impulsion initiale de Rutherford, et après la mise en évidence par Gamow de l’effet tunnel en 1928, John Cockroft et Ernest Walton parvinrent immédiatement à accélérer des protons jusqu’à 200 keV avec un simple tube à décharge et un transformateur de 200 kV.  En 1932, ils pouvaient ainsi accélérer des protons dans un tube à vide de 2m60 sous un potentiel de 800 kV. Cockroft et Walton eurent l’idée de charger des condensateurs en chaîne avec leur transformateur de 200 kV, en utilisant des diodes comme interrupteurs: l’ouverture et la fermeture des circuits transfèrent les charges de condensateur en condensateur, permettant d’atteindre des différences de potentiel de plusieurs centaines de milliers de volts.

Sous l’impulsion initiale de , et après la mise en évidence par Gamow de l’effet en 1928, John Cockroft et Ernest Walton parvinrent immédiatement à accélérer des protons jusqu’à 200 keV avec un simple tube à décharge et un transformateur de 200 kV. Cockroft et Walton eurent l’idée de charger des condensateurs en chaîne avec leur transformateur de 200 kV, en utilisant des diodes comme interrupteurs: l’ouverture et la fermeture des circuits transfèrent les charges de condensateur en condensateur, permettant d’atteindre des différences de potentiel de plusieurs centaines de milliers de volts.

Ils s’efforçaient sans cesse d’améliorer les performances de leur , perdant un peu de vue l’objectif scientifique de leur effort, ce qui leur attira cet ultimatum de Rutherford:

Arrêtez de jouer, faites de la physique !

Rappelés à l’ordre par le « patron », Cockroft et Walton placèrent une cible de lithium sous le faisceau de protons, et ils observèrent la dissociation en deux alpha, soit la réaction lithium 7 + proton → 2 héliums 4. Le nombre d’α augmentait rapidement avec l’énergie des protons (de 100 à 500 keV) ⇔ franchissement plus facile de la barrière coulombienne

http://archivesgamma.fr/2022/03/19/1-mev