Rayon N

O.2020-5

Le Rayon N, un opéra-cinéma inspiré de l’histoire de René Blondiot, un projet en train de voir le jour, totalement atypique dans sa conception comme sa production.

Connaissez-vous le rayon N ? Cette révolution dans le monde de la physique, cette fantastique découverte qui, en réalité, s’avéra être… une supercherie. En 1903, le professeur Prosper-René Blondlot annonce avoir identifié un rayon aux propriétés insoupçonnées : projeté sur une source lumineuse, il en augmente considérablement l’intensité, permettant, à partir d’un seul point d’éclairer une zone aussi vaste qu’une grande ville, Paris peut-être… Et ce n’est pas là sa seule vertu, comme le détaillent rapidement communications et publications scientifiques enthousiastes. Jusqu’au moment où, quelques mois plus tard, un chercheur américain ne révèle que le rayon N n’existe pas. Le rêve de Prosper-René Blondlot s’évanouit, absorbé par le de la mystification.

Tournage à Saclay

« Le scientifique est parfois convaincu que son erreur est bonne. La science, c’est aussi de l’entêtement »,plaidait Pierre-Paul Zalio, président de l’École normale supérieure (ENS) Paris-Saclay, lors de la présentation du projet Rayon N. Son établissement a en effet accueilli dans ses nouveaux locaux le tournage de cet opéra-film oscillant entre fantaisie et hommage à l’audace sans limite des savants. Aux commandes le librettiste Antoine Gindt, le compositeur Sebastian Rivas et le réalisateur Philippe Béziat. Le premier, passionné par la façon « dont les médias et l’opinion publique s’emparent d’un événement et comment l’on croit à ce à quoi l’on a envie de croire », s’est inspiré à la fois d’un texte d’Andersen, Les Habits neufs de l’empereur, et du fait divers scientifique dont Prosper-René Blondlot fut le malheureux héros.

Pour donner vie et chair à ce récit, des chanteurs-comédiens solistes rompus aux exigences de la musique d’aujourd’hui – Lionel Peintre (le professeur B.), Mélanie Boisvert (Madame B), Nicholas Scott (Greg, l’appariteur), Raquel Camarinha (Alix, la documentaliste), Dominic Gould (le président Power) – et, sous la direction de Léo Warynski les instrumentistes experts de l’Ensemble intercontemporain et les choristes virtuoses des Métaboles.

Un opéra d’atmosphère et d’

Le bâtiment dessiné pour L’ENS Paris-Saclay par l’architecte Renzo Piano figure bien plus qu’un décor : « le découpage de l’intrigue en 23 “vignettes” et la musique elle-même ont été conçus pour lui », explique Antoine Gindt qui avait écrit son livret il y a déjà une dizaine d’années, bien avant que la pandémie ne remette sur le devant de la scène le discours scientifique et les espoirs qu’il fait naître (ou déçoit).

Le compositeur Sébastien Rivas s’est immergé dans le projet avec acharnement « après presque un an passé sans avoir écrit de musique ». Il a ainsi exploré les différences « entre un opéra classique qui se fonde sur la peinture des affects des personnages et un opéra-film qui déplace l’attention sur l’atmosphère et l’espace ». Et, comme la science, dans sa dimension futuriste et utopiste, nourrit l’argument de Rayon N, le recours à l’électronique s’est imposé naturellement. « La matière musicale était très ouverte aux modifications suscitées par le montage cinématographique, confie le compositeur. Images sonores et images visuelles se répondent. »

Comme dans un labo

Derrière la caméra, le réalisateur a eu conscience de travailler « à une œuvre fluide mais qui, une fois achevée, sera fixée une fois pour toutes et que les amateurs pourront regarder autant de fois qu’ils le souhaitent. Cela incite à creuser la relation entre la musique et l’image filmée qui n’en finit pas de nous fasciner ».

https://www.la-croix.com/Culture/Rayon-N-opera-film-onirique-scientifique-tourne-Saclay-2021-02-22-1201142053

https://www.radiofrance.fr/francemusique/podcasts/la-chronique-de-guillaume-tion/un-opera-film-sur-le-rayon-n-8271030

Musique : Sebastian Rivas (commande de l’Ensemble Intercontemporain et de T&M)

Texte/Livret : Antoine Gindt

Réalisation : Philippe Béziat
Direction musicale : Léo Warynski
avec : Lionel Peintre (le Professeur B), Mélanie Boisvert (Madame B), Nicholas Scott (Greg, l’appariteur), Raquel Camarinha (Alix, la documentaliste), Dominic Gould (le Président Power) Les Métaboles Ensemble Intercontemporain
Collaboration artistique : Elodie Brémaud
Assistant musical : Fabrice Goubin
RIM : Max Bruckert
Chefs de chant : Yoann HéreauThomas Tacquet-Fabre
Coproduction (en cours) : T&M Nîmes/OccitanieGrameLes MétabolesEnsemble IntercontemporainScène de recherche ENS Paris-SaclayCamera Lucida

Avec le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller, du  de Caen, du Théâtre de Nîmes, du Cercle T&M…

Etape 1 : enregistrement du 20 au 28 août 2020
Présentation du film documentaire de Julien Ravoux : 12 février 2021


Etape 2 : 6 au 10 juin 2022
Rayon N a été sélectionné parmi les projets MONDES NOUVEAUX, initié par le gouvernement dans le cadre du Plan de Relance. Mondes nouveaux a pour objectif de soutenir la création contemporaine en France en encourageant la formation d’un lien entre œuvre et lieu patrimonial ou naturel, ancrant la création dans le territoire national.

http://archivesgamma.fr/2022/03/14/rayon-n-2