Alerte

D.2011-3

La centrale nucléaire de Gravelines (Nord) a été partiellement évacuée à deux reprises dans la nuit de vendredi à samedi en raison d’une alerte à la bombe

Grosse frayeur cette nuit pour les employés de la centrale nucléaire de Gravelines (Nord). Le site a été partiellement évacué à deux reprises en raison d’une alerte à la bombe qui s’est révélée infondée. Une cinquantaine de personnes, sur les 155 qui se trouvaient sur le site, ont été évacuées à deux reprises autour de 2 heures et de 5 heures.

Peu après minuit, les pompiers ont reçu successivement deux ou trois appels affirmant qu’une bombe allait exploser dans une tranche de la centrale qui est actuellement en travaux, selon la préfecture. Environ cinquante personnes sont sorties, les personnels indispensables à la conduite des installations étant restées sur le site. Des et un chien dressé à la détection d’explosifs sont intervenus, mais aucun engin explosif n’a été découvert.

Pas d’impact sur la production d’électricité

«Cet incident n’a eu aucun impact sur la production de la centrale», précise EDF. Actuellement les unités de production 2, 3, 4 et 5 sont à la disposition du réseau électrique. L’unité de production n° 1 est à l’arrêt programmé pour décennale. L’unité de production n° 6, visée par l’alerte selon la préfecture, est à l’arrêt pour rechargement du combustible et opérations de maintenance, a précisé EDF.

La police judiciaire s’est vue confier la tâche de retrouver les plaisantins de mauvais goût à l’origine de cette fausse alerte. Ils n’ont avancé aucune revendication lors de leurs appels anonymes.

https://www.leparisien.fr/nord-59/double-fausse-alerte-a-la-bombe-a-la-centrale-nucleaire-de-gravelines-24-09-2011-1623590.php

Aux alentours de 0H15, les pompiers ont reçu successivement deux ou trois appels affirmant qu’une bombe allait exploser dans une tranche de la centrale qui est actuellement en travaux, selon la préfecture.

Une cinquantaine de personnes, sur les 155 qui se trouvaient sur le site, ont été évacuées à deux reprises autour de 2H00 et de 5H00, horaires auxquels les appels, qui n’avançaient aucune revendication, avaient annoncé l’ d’une bombe.

Les personnels indispensables à la conduite des installations sont restées sur le site, a précisé la préfecture.

Des démineurs et un chien dressé à la détection d’explosifs sont intervenus, mais aucun engin explosif n’a été découvert, selon la même source.

https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/alerte-a-la-bombe-infondee-la-centrale-nucleaire-de-gravelines-partiellement-evacuee_1033623.html
Un homme a écopé d’une amende de 200.000 euros pour avoir fait croire qu’une bombe allait exploser dans une centrale nucléaire.

200.000 euros de dommages et d’intérêts. C’est la somme que devra verser à EDF un homme de 26 ans, condamné jeudi par le tribunal de grande instance de Dunkerque pour avoir lancé une fausse alerte à la bombe dans une centrale. Le 29 septembre, il avait déjà été condamné au pénal à une peine d’un an de prison, dont 8 mois ferme.

Les faits remontent à la nuit du 23 au 24 septembre dernier. La police et les pompiers reçoivent l’appel d’un homme ivre qui prétend qu’une bombe va exploser dans la tranche 6 de la centrale de Gravelines, dans le Nord, à l’arrêt pour rechargement du combustible et des opérations de maintenance.

Fausse alerte. N’empêche qu’EDF considère avoir subi un préjudice dû au “manque à produire” qu’elle évalue entre 300.000 et 400.000 euros. Même si l’entreprise ne déplore aucune perte de production directe lors de l’évacuation, elle assure que que l’activité sur deux tranches de la centrale en maintenance a été perturbée pendant dix heures.

Le coupable a justifié son acte par un différend d’ordre privé avec son beau-père, qui travaille dans la centrale.

http://archivesgamma.fr/2022/03/11/alerte