10 000 ans

P.2012-1

Une classe d’élèves américains au Centre dinformation du projet de site denfouissement de déchets radioactifs de Yucca Mountain : « Le fait est que les scientifiques de Yucca Mountain ont tous des enfants, comme vous », dit Blair en sadressant à la classe. « C’est pour ça quils font tout leur possible pour démontrer que Yucca Mountain est un lieu sûr. » — « Il faut que ça tienne combien de temps ? » demanda un élève. « Dix mille ans », répondit Blair. Il y a environ 10 000 ans, le Pléistocène touchait à sa fin.

John D’Agata, Yucca Mountain, éditions Zones Sensibles, 2012, p. 44-46

Une classe d’élèves américains au Centre d’information du projet de site d’enfouissement de déchets radioactifs de Yucca Mountain :

« Le fait est que les scientifiques de Yucca Mountain ont tous  des enfants, comme vous », dit Blair en s’adressant à la classe, « c’est pour ça qu’ils font tout leur possible pour démontrer que Yucca Mountain est un lieu sûr ». (…) « Il faut que ça tienne combien de temps ? » demanda un élève. « Dix ans » répondit Blair.

Il y a environ 10 000 ans, le Pléistocène touchait à sa fin.

Des calottes glaciaires recouvraient le Groenland, le Canada et l’, le Michigan, l’Ohio et l’État de New York (…) Il y avait 5 millions d’être humains qui, dispersés en petits groupes, vivaient principalement de la chasse et de la cueillette, et commençaient tout juste à cultiver la terre.

(…) Parmi eux vivaient des mammouths laineux ainsi que des tigres à dents de sabre.

Il y avait des ours qui pouvaient mesurer jusqu’à trois mètres cinquante de haut.

(…) L’herbe de prairie poussait dans les déserts.

Il y avait une mer en Irak.

(…) À cette période, les hommes passaient du temps à tailler des couteaux dans la pierre. Des lances, des harpons. Des arcs et des flèches.

(…) On n’avait pas encore découvert les oranges, le coton, les mangues, les olives, les tomates et les dattes.

On n’avait pas encore découvert les pêches.

La pomme de terre non plus.

On n’avait pas encore découvert le sucre, le chocolat, les amandes et le vin.

(…) On continuerait à vivre sans papier pendant 6 000 ans. Sans grains de café ni thé pendant 7 000 ans. Sans savon pendant 8 000 ans.

(…) Dans le car qui nous conduisait à Yucca Mountain ce matin-là, quelqu’un demanda à Blair pourquoi il avait été question d’une période de 10 000 ans. « Eh bien », dit-elle, « on dit 10 000 ans parce que c’est la durée d’une demi-vie d’un déchet. Imaginez qu’une demi-vie c’est le minuteur de la nature », dit Blair, debout avec son micro dans l’allée du car. « Quand le minuteur sonne, la demi-vie est écoulée, cela veut dire que les substances radioactives ne présentent plus aucun danger ».

Extraits de l’ de John D’Agata, Yucca Mountain, Éditions Zones Sensibles, 2012. p.44-46.

http://archivesgamma.fr/2012/07/24/10-000-ans